Rubrique
Actualités

LES ÉLÈVES REJOIGNENT LEURS ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES AUJOURD’HUI Les embouteillages font leur rentrée aussi

Publié par Ilhem Tir
le 05.09.2018 , 11h00
624 lectures
©Zinou Zebar / New Press

La rentrée scolaire va de pair avec le retour des embouteillages. Depuis hier déjà, date de la rentrée scolaire au niveau des écoles privées, les usagers de la route ont eu un avant-goût sur la situation qui caractérisera dès aujourd’hui les routes qui ont renoué avec les embouteillages et les différents bouchons.
Le récurrent problème des bouchons qui tendent à étouffer les artères de la capitale et des autres grandes villes est devenu une fatalité et les exemples ne manquent pas pour montrer le calvaire du déplacement.
Depuis ce matin, plus de
9 millions 270 mille élèves, collégiens et lycéens vont commencer à converger vers leurs établissements respectifs sans oublier le retour de la plupart des fonctionnaires de leur congé annuel et les secteurs routiers sensibles en seront les premiers témoins. Alors, il faut penser à se lever plus tôt car la distance que parcouraient les automobilistes en quelques minutes par exemple sur le tronçon autoroutier traversant la ville d’Alger au début du mois d’août ou vers la fin du mois de juillet, sera parcourue en une heure, voire plus. A 6h, l’autoroute de Ben Aknoun-Zéralda est déjà très sollicitée.
Alors c’est, soit sortir très tôt de la maison, soit opter pour les raccourcis en ce qui concerne les automobilistes les plus chevronnés et ceux qui connaissent bien la capitale. Malheureusement, cette option n’est pas toujours à succès car beaucoup de petites ruelles sont devenues des sens interdits ou bien, attirent un maximum d’usagers qui réfléchissent de la même manière.
L’embouteillage est à toute heure et non seulement durant les heures de pointe sans oublier qu’aux abords des écoles, c'est souvent la galère et beaucoup de parents se garent un peu n'importe où et même en deuxième position formant des files d’attente interminables. Ni l’ouverture de trémies, ni les nouvelles rocades n’ont contribué à fluidifier la circulation. Il est à savoir qu’au niveau des grandes villes comme Alger, Constantine, Oran et Annaba, le problème de stationnement se pose avec acuité. Organiser davantage le stationnement permettrait aussi de gagner de précieuses minutes par rapport au créneau.
Par ailleurs et pour ce qui est de la situation au niveau de la capitale, les autorités de la wilaya avaient annoncé, fin juillet dernier, qu’ils ont prévu d’effectuer des doublements de voies et leurs extensions, dans le cadre des 30 projets faisant partie du plan de la capitale à l’horizon 2035.
Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, avait affirmé que les études d’une trentaine de projets ont été finalisées mais ces derniers sont toujours en attente pour des raisons financières. «Tout au long de ces dix dernières années, la wilaya d’Alger a bénéficié de 95 milliards de dinars pour l’expansion des routes et l’aménagement des côtes», avait-il confié à l’issue de sa visite de travail au niveau de plusieurs projets d’infrastructures de la capitale. A rappeler également qu’une société mixte algéro-espagnole a été chargée de la régulation de la circulation routière à Alger. La première phase du projet consiste à doter quelque 200 carrefours de feux tricolores, et 300 autres dans un second temps, pour atteindre un nombre global de 500 carrefours, qui couvriront l’ensemble de la wilaya.
Ilhem Tir

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-02-2019

Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani

Les deux anciens secrétaires généraux du FLN Ammar Saâdani et Abdelaziz Belkhadem ne sont pas concernés par la campagne électorale pour le compte

2

Actualités 11:00 | 16-02-2019

Lamamra nommé pour le 5e mandat
Un diplomate en campagne

La nomination de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique du président de la République a soulevé de nombreuses interrogations et donné lieu à plusieurs lectures ayant cependant toutes, d'une manière ou d'une autre, un rapport avec le cinquième mandat. La rumeur a