Voir Tous
Rubrique
Actualités

LOI SUR LES HYDROCARBURES Les étudiants de Annaba se mobilisent contre le projet

Publié par A. Bouacha
le 16.10.2019 , 11h00
43 lectures
Plus importante que les mardis précédents, la mobilisation populaire des étudiants contre le système, organisée hier, avait drainé beaucoup de personnes à Annaba.
Au lendemain de l’adoption du projet de loi sur les hydrocarbures, les étudiants, rassemblés sur le parvis du Théâtre régional Azzedine-Medjoubi dès la matinée, ont été rejoints par beaucoup d’autres citoyens des deux sexes et de différentes catégories.
La foule brandissant des roses, signe de pacifisme et d’amour, reprenait en chœur les slogans habituels insistant sur le départ de tout le système, incarné en premier lieu par Bensalah et Bedoui. A propos de l’adoption de l’avant-projet de la loi sur les hydrocarbures, les manifestants criaient de toute leur force «Qanoun El mahrouqate à la poubelle » (la loi sur les hydrocarbures à la poubelle) pour signifier à ceux qui veulent brader un bien appartenant à tous les Algériens «pour plaire aux étrangers», leur rejet de ce projet de loi.
«L’histoire vous a condamnés. Vous devez quitter la scène et le plus tôt serait le mieux», lançaient les marcheurs. «Ceux qui minimisent la réaction du peuple contre ce projet de loi se trompent lourdement, car ils n’ont pas mesuré à sa juste valeur la réaction des citoyens qui s’expriment depuis le 22 février, voila bientôt huit mois. Ils veulent réactiver une loi préparée déjà par Chakib Khelil en 2002. Elle a été retirée juste à temps, car rejetée à l’époque sous la pression d’hommes intègres qui se sont opposés à Chakib Khelil et à son mentor Abdelaziz Bouteflika.
A. Bouacha

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par