Rubrique
Actualités

Leur détermination est intacte Les étudiants montrent la voie

Publié par Nawal Imès
le 20.05.2019 , 11h00
460 lectures
Photo : Samir Sid
Moteur du processus révolutionnaire en cours, les étudiants montrent la voie. Avec une détermination rarement égalée, ils apportent la preuve d’une grande maturité politique. Leur rôle dans le maintien de la pression sur le régime est incontestable. Il y a soixante-trois ans, les étudiants algériens avaient été d’un apport certain à la guerre de Libération en quittant les bancs des universités pour rejoindre les maquis.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Ni folklores ni discours faussement glorifiant. C’est dans la rue que les étudiants étaient hier. Un espace qu’ils se sont naturellement approprié depuis plusieurs semaines déjà.
Par millions et à travers l’ensemble des wilayas, ils ont donné des leçons aux plus sceptiques. Au premier mardi du mois de Ramadhan, c’est vers les étudiants que les regards étaient braqués : allaient-ils abandonner la contestation ? Le Ramadhan aura-t-il raison de leur détermination ? La réponse fut cinglante. Partout, ils ont bravé la chaleur et les contraintes du Ramadhan pour crier, une fois de plus, leur rêve de voir tomber définitivement le régime. Depuis le début du mouvement populaire, ils ont été à l’avant-garde.
Les étudiants se sont naturellement mobilisés. Libérés de la tutelle d’organisations estudiantines qui n’étaient que des appendices du pouvoir, les étudiants ont su réinventer une organisation totalement affranchie. Des comités démocratiquement élus ont vu le jour. Ils pilotent les marches, organisent la vie estudiantine en dehors des manifestations et élaborent les slogans en fonction de l’évolution de l’actualité.
Les campus se sont transformés en espace de libre expression. Si cette mobilisation forçait l’admiration, la tutelle n’a pas succombé aux charmes du changement.
L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur avait pris une décision qui restera certainement dans les annales de l’université algérienne. Tahar Hadjar a tout simplement décidé d’«offrir » aux étudiants vingt-cinq jours de vacances ! Il n’entendait ni plus ni moins que de vider les universités de leurs locataires devenus trop gênants. C’était compter sans la détermination des étudiants : pas question de déserter les universités.
Les étudiants ont refusé ce cadeau empoisonné et ont continué à occuper leur espace naturel en dépit des manœuvres visant à les en éloigner. Ils ont même réussi à mettre à profit ces vacances forcées pour organiser des conférences-débats auxquelles étaient invités des professeurs de droit et des constitutionnalistes pour débattre des issues possibles à la crise politique. Ils ont fini par entamer une grève illimitée qui dure encore dans certains pôles universitaires.
Le spectre de l’année blanche brandi pour les effrayer ne leur fait même pas peur. Nourris par des rêves de liberté incompressibles, ils montrent clairement le chemin à ceux qui doutent.
Leur mouvement qui ne s’essouffle pas nourrit la dynamique révolutionnaire. Les mardis sont désormais devenus un rendez-vous guetté par tous. Une jauge qui permet de prendre la température d’un mouvement populaire qui ne s’essouffle point au fil des semaines et pour lequel les étudiants sont devenus un véritable moteur.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 18-09-2019

2 EX-PREMIERS MINISTRE, 14 ANCIENS MINISTRES, DES WALIS, 3 P-DG DE BANQUE ET 12 HOMMES D’AFFAIRES Y SÉJOURNENT
La prison d’El-Harrach s’adapte à ses nouveaux pensionnaires

L’afflux important de nouveaux détenus au pénitencier d’El-Harrach a contraint les autorités compétentes à procéder à des réaménagements et à la prise de décisions qu’impose désormais la nouvelle situation. Une situation incroyable, difficile à imaginer quelques mois auparavant et qui fait par conséquent peser une très grosse

2

Périscoop 11:00 | 17-09-2019

Le train rapide Annaba – Tébessa ne sifflera pas

Il y a quelque temps, le ministre des Transports a inauguré la ligne ferroviaire Annaba – Tébessa, avec une locomotive neuve pouvant atteindre la vitesse de 160 km/h. Il se trouve que le train