Rubrique
Actualités

Bouira Les manifestants réclament toujours le départ de tous

Publié par Yazid Yahiaoui
le 10.08.2019 , 11h00
1 lectures
Encore un vendredi de protestation et… de chaleur insupportable. Une chaleur qui n’a, pourtant, pas dissuadé les milliers de manifestants, des jeunes mais aussi des petits, des femmes et des vieux, à être présents pour la 25e marche du vendredi, pour réitérer les mots d’ordre propres au mouvement populaire, et réclamer le changement du système et le départ de tous ses symboles.
Hier encore, les Bensalah, Bedoui, et même Gaïd Salah, ont eu pour leur grade lors de cette marche qui a eu lieu dans les principales artères de la ville de Bouira.
Les milliers de manifestants qui ont brandi comme d’habitude des dizaines de drapeaux amazighs aux côtés du drapeau national, ont longuement clamé leurs mots d’ordre habituels.
Même Karim Younès, coordinateur du panel chargé du dialogue, n’a pas échappé à la colère des manifestants. Cela étant, comme les précédents vendredis, les manifestants ont réclamé la libération des détenus, principalement les détenus pour port de drapeaux amazighs ainsi que le moudjahid Lakhdar Bouregaâ.
La marche s’est déroulée dans le calme total, mais, d’après certains manifestants, des drapeaux amazighs leur ont été confisqués par des policiers durant la matinée.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Société 11:00 | 19-09-2019

La longue traversée vers Djerba !

Le bus qui transportait une partie des vacanciers à destination de Djerba en Tunisie, un séjour organisé par une agence de voyages d'Alger, démarre vers 15 h à partir de la capitale. C'était mercredi 11 septembre, le deuxième

2

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce