Rubrique
Actualités

ABDELMADJID TEBBOUNE RÉVÈLE : «Les oligarques ont consacré 300 milliards pour me détruire»

Publié par Ilhem Tir
le 20.10.2019 , 11h00
16786 lectures

L’ex-Premier ministre et candidat à la l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, Abdelmadjid Tebboune, a révélé, lors de son entretien à la chaîne privée El Hayat TV, qu’il n’avait aucun lien avec l’affaire Khalifa.
Tebboune, qui se dit libéré grâce au Hirak, considère que ce dernier est «une aubaine» et que les revendications exprimées par le peuple à travers le mouvement populaire ont été toutes satisfaites, notamment l’annulation du 5e mandat, la prolongation du 4e mandat annulée et la démission de Bouteflika.
Dans un long entretien accordé à la chaîne privée, l’ancien Premier ministre a fait part des pressions exercées sur lui et sa famille depuis sa nomination au poste de Premier ministre en 2017.
Les décisions prises à l’époque lui ont valu les foudres d’au moins 5 hommes d’affaires «qui se sont réunis à Marseille et avaient mis en place une cagnotte de 300 milliards de centimes pour financer une campagne médiatique contre lui», selon ses dires.
Tout en précisant qu’il avait échappé à la prison, lui et les autres membres de sa famille, grâce à la révolution du 22 février dernier. Le candidat à la présidentielle a révélé également que plusieurs membres de sa famille allaient connaître le même sort que son fils, actuellement en prison pour son implication dans l’affaire de la cocaïne dite Kamel El-Boucher. Insistant sur l’innocence de son fils , le candidat a soutenu que ceux qui voulaient se venger de lui s’en sont pris à son fils et qu’il reste confiant dans le jugement de la justice.
Quant à la campagne de dénigrement dont il a fait l’objet, elle était orchestrée par des oligarques de l’époque, actuellement en prison, ajoute-t-il.
Tebboune a souligné que des médias avaient adhéré à la démarche des hommes d’affaires en orchestrant une grande campagne contre lui et sa famille. Le moment n’est peut-être pas arrivé pour dénoncer publiquement ces médias mais il a promis de révéler les noms, incessamment.
Lors de son entretien, Tebboune a fait quelques révélations sur ce qui se passait durant le règne du clan Bouteflika. L’ancien Premier ministre a donné des exemples sur les méthodes utilisées dans l’attribution des marchés et la sous-traitance qui servaient à surfacturer les projets et faire fuir les capitaux vers l’étranger en donnant des exemples sans citer de noms.
Faisant la promesse de séparer le pouvoir de l’argent, si l’occasion lui était donnée pour diriger le pays, Abdelmajid Tebboune mise, dans son programme, sur les universitaires et diplômés qui doivent prendre le relais pour prétendre à des postes de responsabilité et à des postes politiques, «lesquels sont entre les mains d’imposteurs qui utilisent l’argent pour accéder au pouvoir» a-t-il indiqué, insistant à chaque fois qu’il était «le candidat du peuple». Selon lui, l’élite doit émerger, même si cela exigerait la révision radicale de la loi électorale.
Une révision de la Constitution serait également envisagée car l’actuelle loi fondamentale présente des failles, affirmera-t-il.
Ilhem Tir

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Sports 11:00 | 12-11-2019

Verts d’Europe
Les confessions de Riyad Mahrez à FF

Dans un entretien accordé au journal France Football à paraître aujourd’hui, l’international Algérien de Manchester City évoque

2

Actualités 11:00 | 11-11-2019

sellal, ouyahia, yousfi, beda et bouchouareb concernés Corruption :
le 1er procès avant la fin novembre

Les premiers procès des anciens ministres de Bouteflika détenus pour corruption se dérouleront avant la fin du mois de novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal ainsi que trois anciens ministres de l'industrie seront jugés dans le cadre du dossier automobile.