Rubrique
Actualités

IL RÉITÈRE LA DÉTERMINATION DE L’ANP À TENIR LA PRÉSIDENTIELLE Les rappels de Gaïd Salah

Publié par Kamel Amarni
le 16.10.2019 , 11h00
8386 lectures

Moins de deux mois nous séparent, désormais, du rendez-vous du 12 décembre, celui de l’élection présidentielle et que l’armée qualifie de «crucial» et auquel elle accorde, donc, la plus haute importance, comme a tenu à le rappeler, encore une fois, hier mardi, son chef d’état-major et vice-ministre de la Défense nationale, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Dans une nouvelle intervention, faite à l’occasion de sa visite de travail effectuée au siège du Commandement des Forces navales à Alger, Gaïd Salah a clairement signifié la détermination de l’institution à mener ce processus électoral jusqu’à son terme, c'est-à-dire l’élection d’un président de la République à la date convenue.
Après un bref rappel des étapes ayant abouti à la convocation du corps électoral à la mi-septembre, le chef d’état-major préviendra, sans détour, que la présidentielle du 12 décembre ne connaîtra jamais le sort des précédentes du 18 avril et du 4 juillet. «Je tiens à rappeler, dira-t-il, que l’ANP continue, comme elle l’a toujours fait, d’honorer les engagements qu’elle a tenus devant Allah, la patrie et l’Histoire, à travers son Haut Commandement, pour accompagner en permanence le peuple algérien, ainsi que tous les efforts consentis avec sincérité, afin de faire sortir l’Algérie de sa crise et sécuriser de manière totale et globale toutes les étapes du processus électoral, à travers tout le pays.
En effet, le Haut Commandement a veillé et veille toujours vigoureusement à poursuivre les grandes missions assignées à l’ANP en toutes circonstances, accorde une grande importance à l’immense responsabilité qui incombe à nos forces armées et rappelle, encore une fois, que l’ANP demeure celle qui veille jour et nuit, et qui observe et scrute la voie qui mènera l’Algérie vers la destination voulue par le peuple algérien.» Aussi, précisera Gaïd Salah, «ce sera une voie sûre, grâce à Allah, le Tout-Puissant, et à l’ensemble des mesures sécuritaires, multiples et complémentaires, à travers lesquelles nous ne permettrons à personne de faire dévier le pays de cette voie tracée qui concrétise la démarche de l’Algérie et de son peuple».
Faisant allusion au contexte général, fait notamment du rejet par certaines parties de ce rendez-vous électoral, le patron de l’armée usera d’un ton tout autant clair que ferme. «Au moment où nous nous approchons de plus en plus des élections présidentielles, nous tenons à exprimer au peuple algérien, fier et conscient, les plus profondes marques de remerciements, de considération et de reconnaissance pour son sens patriotique élevé, qui s’est traduit par son affluence, en toute conviction et conscience, aux bureaux d’inscription (...) Aussi, nous mettons en garde, encore une fois, cette bande et quiconque possède des liens organiques, partisans ou d’intérêt avec elle, ou encore toute autre forme de collaboration contre le peuple et la patrie.»
«La loi sera appliquée avec toute la rigueur requise»
Faisant également allusion à certaines arrestations, le chef d’état-major enchaîne : «Nous rappelons que la justice a repris, grâce à Allah, la place qui lui sied après avoir récupéré toutes ses prérogatives, et s’acquitte de ses missions avec sérieux et de manière normale (…).» 
Plus directement, Gaïd Salah avertira, ensuite : «Quiconque ne respecte pas les lois de la République se verra infliger la sanction méritée. La loi sera appliquée avec toute la rigueur requise à l’encontre de toute personne qui tente d’entraver ce processus électoral décisif, ou d’influencer désespérément la conscience du peuple algérien et son empressement à participer massivement et avec détermination aux prochaines présidentielles.»
S’adressant, sans les nommer, aux partis de l’opposition et aux partisans de la transition, Gaïd Salah, toujours aussi ferme, affirmera que «le salut du pays passe par ses fidèles enfants et ne permettra pas (le peuple, ndlr) à cette minorité dépourvue de patriotisme, de faire usage de mensonges et de désinformation et de déformer la vérité, (…) Cette minorité, qui souffre intellectuellement et idéologiquement, a été démasquée, quand la bande est tombée dans l’écueil de ses actes, de ses comportements sinistres et de ses pratiques traîtres, contre le peuple et la patrie. Ces inféodés tomberont les uns après les autres au fil des jours, car un traître sera démasqué par ses agissements un jour ou l’autre.»
Il enfoncera encore le clou lorsqu’il ajoutera que c’en est là «un indicateur juste qui permet au peuple algérien de soupeser les discours de certaines parties. Désormais, la désinformation n’est plus tolérée et la vague déferlante du peuple algérien engloutira, avec l’aide d’Allah, tous ceux qui veulent s’accaparer la scène nationale et s’ériger en tuteur du peuple par le mensonge et la calomnie».
Faisant clairement à travers son propos la distinction entre les parties agissantes sur le terrain, notamment des partis et des organisations entièrement engagés dans les différentes manifestations et la communauté nationale dans son ensemble, Gaïd Salah affirmera : «Nous sommes pleinement convaincus que notre jeunesse aujourd’hui empruntera la même voie que ses ancêtres et mènera l’Algérie à bon port. Il est certain que l’affluence aux urnes le 12 décembre prochain sera dense. Et comme les vaillants ancêtres ont porté le fusil hier pour effacer les traces de l’abject colonialisme français, nos jeunes devront aujourd’hui affluer vers les urnes pour voter et infliger ainsi une gifle douloureuse à la bande et effacer ses traces dans tous les domaines.»
Avec l’entame d’un véritable compte à rebours pour la présidentielle, les mises en garde de Gaïd Salah prennent l’allure d’un dernier avertissement à l’endroit de quiconque se dresserait sur le chemin de ce processus. «Nous avons plus d’une fois averti cette bande contre laquelle les mesures requises ont été prises et dont la justice a pris en charge les affaires, de certains de ses membres en vertu de la loi, et il est certain que le tour des autres éléments de cette bande viendra ultérieurement.» Aussi, ajoutera le patron de l’armée : «Grâce à la volonté d’acier qui nous anime (…) nous préserverons la patrie de tout mal et nous poursuivrons le combat contre cette bande jusqu’à son élimination totale, voire son éradication définitive et irréversible, afin de libérer l’Algérie des nuisances de ce groupuscule traître et renégat.»
Sur sa lancée, le vice-ministre de la Défense enchaînera en prévenant contre des tentatives d’infiltration des marches populaires. «Je tiens à prévenir mes concitoyens qui font des marches pacifiques, de la présence de certaines parties insidieuses qui s’efforcent de surfer sur la vague de ces manifestations et que des entités inconnues ayant des objectifs malveillants consacrent de l’argent sale afin d’amplifier le nombre de ces manifestations, en ramenant les citoyens des autres wilayas en dehors de la capitale.» D’où cet autre avertissement : «Que ces personnes ne croient pas que nous ignorons leurs méthodes malveillantes. Aussi, quiconque tente de créer la confusion et impacter le déroulement normal de la vie quotidienne des citoyens à travers des comportements et des attitudes abjectes, doit savoir qu’il sera poursuivi selon les voies légales, que tous ses plans seront avortés (…) Il doit également savoir que la citadelle de l’armée est imprenable (…)»
Assurément, le discours du patron de l’armée, ce mardi, en appellera des mesures fermes, en prévision de la tenue de la décisive élection présidentielle du 12 décembre.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Constances 11:00 | 13-11-2019

D’où viennent les devises ? Du Square, pardi !

La Banque d’Algérie et le ministère des Finances devraient d’abord régler leurs violons. Ce n’est pas