Rubrique
Actualités

Tébessa L’ex-P-dg de la société des mines de fer dans l’est du pays sous contrôle judiciaire

Publié par APS
le 05.12.2019 , 11h00
288 lectures

L’ancien P-dg de la société des mines de fer dans l’Est du pays a été placé sous contrôle judiciaire par le juge instructeur près le tribunal de Laouinet (wilaya de Tébessa) pour son implication dans plusieurs affaires de corruption, apprend-on hier mercredi de source judiciaire.
Le juge instructeur a entendu pendant plusieurs heures, dans la nuit de lundi à mardi, l’inculpé et les témoins sur des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics et d’abus de fonction au niveau de la société des mines de fer dans l’Est dont le siège se trouve dans la commune d’El Ouenza (60 km de Tébessa) et qui gère les deux mines de Boukhedra et El Ouenza, a ajouté la même source.
La brigade économique du service de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Tébessa a ouvert une enquête approfondie sur ladite société ayant révélé l’implication de cet ancien haut cadre dans le marché d’acquisition pour 200 millions DA de trois engins de forage, l’envoi inutile de travailleurs à l’étranger pour suivre des formations sur l’utilisation de ces engins et la conclusion avec deux sociétés nationales d’un accord pour 480 millions DA pour couvrir le déficit en production de fer brut, a relevé la même source.
La source judiciaire a ajouté que le mis en cause est impliqué aussi dans des affaires de dilapidation de deniers publics par, notamment, «l’attribution de frais de mission à des travailleurs en dépit des accords signés par la société avec des établissements d’hôtellerie et de restauration». 
L’accusé a procédé à la «dissimulation de documents et preuves pour entraver le cours de l’enquête policière et judiciaire», a indiqué la même source.
APS

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 22-01-2020

LES MAGISTRATS ONT ENTENDU TAYEB LOUH, AHMED OUYAHIA ET DJAMEL OULD ABBÈS À CE SUJET
Enquête sur les législatives de 2017

L’enquête judiciaire menée autour des graves irrégularités enregistrées durant les législatives de 2017 commence à lever progressivement le voile sur les pratiques mises alors en place pour privilégier l’accès à la députation aux hommes du «clan». Les fidèles à la fratrie des Bouteflika et ceux auxquels ils ont

2

Périscoop 11:00 | 21-01-2020

Une quarantaine de walis concernés

A en croire une source très bien informée, la présidence de la République annoncera, très prochainement, un très vaste mouvement dans le corps des walis. Un mouvement qui, nous confie-t-on, concernerait une