Rubrique
Actualités

Vaste mouvement dans le corps des magistrats L’héritage de Louh démantelé

Publié par Nawal Imès
le 10.08.2019 , 11h00
23054 lectures
L’« héritage » de Tayeb Louh est, petit à petit, démantelé. Après le limogeage de son successeur puis celui de son secrétaire général, c’est au tour du corps des présidents de cours de justice et des procureurs généraux d’être touchés par un vaste mouvement qui a concerné plusieurs wilayas.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - C’est au moment où l’ancien garde des Sceaux est sous le coup d’une enquête menée par l’Office central de répression de la corruption que son ancien département ministériel et ses démembrements connaissent des changements.
Pas plus tard que jeudi, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a procédé à un large mouvement dans le corps des procureurs généraux près de 35 cours de justice.
Les changements annoncés ont concerné les wilayas d’Adrar, Chlef, Oum-el-Bouaghi, Batna, Biskra, Bechar, Blida, Bouira, Tébessa, Tlemcen, Tiaret, Tizi Ouzou, Djelfa, Jijel, Sétif, Saïda, Skikda, Sidi-Bel-Abbès, Annaba, Guelma, Médéa, Mostaganem, M’sila, Mascara, Ouargla, Oran, Bordj-Bou-Arréridj, Boumerdès, Tissemsilt, El-Oued, Tipasa, Mila, Aïn Defla, Aïn Témouchent et Ghardaïa.
La décision a également concerné 32 procureurs généraux exerçant au niveau de Chlef, Laghouat, Oum-el- Bouaghi, Batna, Béjaïa, Biskra, Bechar, Blida, Bouira, Tlemcen, Tiaret, Tizi Ouzou, Alger, Jijel, Sétif, Saïda, Skikda, Annaba, Guelma, Constantine, Mostaganem, Mascara, Oran, Bordj-Bou-Arréridj, Boumerdès, El-Taref, Tissemsilt, Tipasa, Mila, Aïn Defla, Ghardaïa et Relizane.
La décision de Bensalah intervient quelques jours après le limogeage de Slimane Brahmi pour le remplacer par Belkacem Zeghmati, procureur général près la cour d’Alger. Un limogeage qui intervient au moment où le département de la justice est des plus sollicités, avec la multiplication des affaires de corruption impliquant d’anciens hauts cadres dont Tayeb Louh qui n’a pas échappé à une enquête devant le mener devant le juge.
Le limogeage a concerné également Samir Bourehil, le secrétaire général du ministère de la Justice. Très proche de Tayeb Belaïz dont il a été le chef de protocole durant près de dix ans, avant de le suivre au niveau du Conseil constitutionnel, sa présence au sein du département de la justice n’était, visiblement, plus souhaitée.
L’accélération du processus de mise en cause de cadres poursuivis pour corruption, abus de biens, entre autres, impose une véritable purge d’un secteur qui a trop longtemps été à la solde du pouvoir exécutif, plus soucieux de répondre à des injonctions qu’à traiter les affaires en toute impartialité.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-08-2019

LES RÉVÉLATIONS DE Me FAROUK KSENTINI
Comment Ould Abbès a été mis en prison

Les jours qui passent lèvent progressivement le voile sur les incroyables affaires anti-corruption qui se succèdent. Celle qui concerne Djamel Ould Abbès nous est révélée ici par son avocat. Me Farouk Ksentini tient, de prime abord, à s’expliquer : «Je n’accuse pas, je ne condamne pas, je relate uniquement ce qui s’est passé.» Tout commence à la mi-juin dernier, lorsque la justice fait parvenir

2

Périscoop 11:00 | 17-08-2019

Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !

La solidarité entre monarchies arabes bat son plein pour venir au chevet du palais de Rabat. Outre l’aide «classique» et régulière des Saoudiens, le royaume chérifien peut, aussi, compter sur