Rubrique
Actualités

Mila «Libérez Bouregaâ, libérez l’Algérie !»

Publié par Abdelmadjid M’haïmoud
le 06.07.2019 , 11h00
69 lectures
Malgré la canicule qui sévit, depuis plusieurs jours sur la région, les Mileviens ont répondu en masse à l’appel à la mobilisation pour l’acte XX de la révolution citoyenne, déclenchée un certain 22 février de l’année en cours et, concours de circonstance, une date, le 5 juillet, qui coïncide avec la célébration du 57e anniversaire de la fête de l’Indépendance nationale.
Rassemblés, comme à l’accoutumé, au carré des martyrs à Aïn Siah, la procession s’est ébranlée vers l’avenue du 1e-Novembre-1954 (rue nationale) et s’est dirigée jusqu’au rond-point de la sortie ouest, vers Ferdjioua, pour revenir et se rassembler à proximité du square de la ville et du siège de la mairie, brandissant l’emblème national, des écriteaux, des pancartes et des banderoles et proférant des slogans hostiles au pouvoir de Bouteflika et ses résidus, au FLN et RND, à Gaïd Salah et appelant à l’instauration d’un Etat démocratique et civil, conformément à la volonté et au choix du seul peuple algérien !
Les manifestants plus décidés que jamais, ont promis de ne rentrer chez eux qu’une fois libérés du pouvoir et de ce système politique, imposé depuis l’Indépendance en 1962 ! Les Mileviens ont longtemps scandé, actualités obligent, un nouveau slogan – «Libérez Bouregaâ, libérez l’Algérie», et ce, en réponse à l’arrestation au courant de la semaine, du commandant Lakhdar Bouregaâ !
A. M’haimoud

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles

2

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois