Rubrique
Actualités

MOSTAGANEM Manifestation anti-5e mandat sur l’esplanade de la mairie

Publié par Abder Bensadok
le 02.03.2019 , 11h00
32 lectures
A Mostaganem, c’est le second vendredi consécutif que de nombreux manifestants se rassemblent sur l’esplanade de la mairie pour participer à la marche contre la 5e candidature du Président Abdelaziz Bouteflika.
Des centaines de manifestants, enfants, jeunes et vieux, côte à côte, ont répondu aux appels de voix anonymes et de personnalités politiques à manifester et se sont rassemblés juste après la prière du vendredi sur l’esplanade de la mairie au centre-ville de Mostaganem.
Les manifestants, bien organisés, ont brandi des emblèmes nationaux et des pancartes avec des inscriptions portant un sens interdit barré d’un 5.
La foule scandait des slogans exprimant le ras-le-bol du système et insistait sur le caractère pacifique de la manifestation : «Silmia, Silmia» ou «Djazaïr hora démocratia.»
Un important dispositif sécuritaire mais discret de policiers en civil et en uniforme était déployé en prévision et la foule ne cesse de prendre de l’ampleur.
Dans le calme, les manifestants ont quitté l’esplanade de la mairie et se sont dirigés vers les rues du centre-ville pour manifester dans le calme sous l’œil vigilant des services de sécurité qui n’ont procédé à aucune arrestation.
A. Bensadok

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et