Rubrique
Actualités

Confédération algérienne du patronat Mise en place d’un Centre d’analyse et de réflexion

Publié par Brahim Taouchichet
le 08.08.2018 , 11h00
53 lectures
C’est un président de la Confédération algérienne du patronat (CAP) plein de fougue qui a tenu, hier mardi un point de presse au siège de l’association sise à l’hôtel El Aurassi sur les mécanismes de réformes économiques et les initiatives contenues dans les nouvelles propositions qu’a eu justement à débattre son bureau exécutif national réuni à ce propos.
Boualem M’rakach annonce ainsi la création d’un «Comité d’analyse et de réflexion» Caref, «qui regroupera d’une manière croisée les énonciations et recommandations de l’ensemble de ses structures à l’échelle nationale pour une véritable identification». Soit dit en passant, il convient à l’avenir de ne pas le confondre avec le Care, un «think thank» consacré également à la réflexion autour de l’entreprise.
Le président de la CAP rappelle que «nous avons eu à présenter à différents niveaux tripartite-bipartite et des observations aux départements ministériels…». C’est pourquoi il affirme que «les fortes propositions que l’organisation a faites sont ‘’largement d’actualité’’» même s’il se désole qu’elles ne sont pas prises en compte, cela ne l’empêche pas de plaider pour un «vrai modèle avec l’approche compartimentale par phase…» Quant à la philosophie générale du développement économique que doivent insuffler les réformes, elle doit induire nécessairement la prise en compte de la dimension sociale car, dit-il, l’entreprise et les travailleurs ne font qu’un, condition au demeurant de la réussite. C’est la vision de «l’Etat régulateur-employeur et salariés».
Le président de la confédération revient plusieurs fois sur le rôle de l’Etat qu’il estime central dans la conduite des réformes pour le développement économique et social, signifiant que la CAP est là pour exécuter les décisions de l’Etat tout en fustigeant la prééminence des décisions prises d’en haut plutôt que d’encourager celles suggérées par les opérateurs économiques, c’est-à-dire du bas vers le haut, la sphère décisionnelle. Bien sûr, dira-t-il, nous acceptons les critiques quant à la fiabilité de nos produits, cela nous permettra de nous corriger et nous améliorer.
Dans ce cadre, il met en avant le rôle stratégique des PME (petites et moyennes entreprises) dans le développement citant les Etats-Unis d’Amérique où elles forment 70% des entreprises. Boualem M’rakach déclare qu’il ne nous appartient pas à nous substituer à l’Etat et prône le dialogue et la concertation sur l’essentiel.
La CAP, souligne-t-il, a une démarche militante et le Caref activera sous l’autorité de l’Etat estimant que l’Algérie, qui a ses particularités propres comparativement aux autres pays de la région, a les moyens de s’en sortir.
Le président de la Confédération n’a pas omis de faire un clin d’œil au recours au financement traditionnel qui nous a permis de ne pas être happé dans l’engrenage de l’endettement extérieur avec comme perspective une baguette de pain à trois cent cinquante dinars. Voire…
B. T.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 19-09-2018

Les portables de l’aéroport

Lors d’un contrôle à travers le scanner mixte douane-police de l’aéroport Houari-Boumediène, des passagers ont été interpellés pour introduction frauduleuse de téléphones portables. Les deux voyageurs en provenance

2

Soit dit en passant 11:00 | 20-09-2018

Tous ont combattu ! Qui a trahi ?

Est-ce que l’une ou l’un d’entre vous comprend par quel miracle l’Algérie continue à nous

3

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS

Nouvelles tensions diplomatiques

4

Actualités 11:00 | 19-09-2018

STAFF DE OUYAHIA

Absence de cohésion

5

Actualités 11:00 | 23-09-2018

ALGÉRIE-FRANCE

Les clefs de cette nouvelle crise