Rubrique
Actualités

La tendance se confirme en Algérie Moins de mariages, plus de divorces

Publié par Nawal Imès
le 02.09.2018 , 11h00
3913 lectures

Les Algériens se marient moins mais divorcent plus que les années précédentes. Ce qui n’était que conjoncturel s’inscrit dans la durée. Les statisticiens prédisent une persistance de cette tendance baissière des mariages jusqu’à au moins 2030.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Les sociologues avaient déjà observé une modification des comportements vis-à-vis du mariage, les statistiques viennent le confirmer. Enclenchée depuis 2014 déjà, la baisse du volume des mariages se poursuit.
L’enquête consacrée à la structure de la démographie met le doigt sur ce que beaucoup de sociologues ont déjà relevé. Les Algériens sont moins tentés par le mariage et une partie de ceux qui se laissent tenter par l’aventure à deux finissent par se séparer. Selon les statistiques de l’Office national des statistiques, c’est pour la quatrième année consécutive que le volume des mariages enregistré auprès des bureaux de l’état civil continue de décroître. L’année dernière, cette baisse est jugée «substantielle».
En effet, au niveau des communes, il a été enregistré 340 000 unions, soit une baisse relative de 5% par rapport à 2016. Les statisticiens font état du fléchissement du taux brut de nuptialité passant de 8,73% à 8,14%. Comment expliquent-ils cette baisse ? Ils la mettent sur le dos de la modification de la structure par âge de la population qui constitue selon eux «un facteur explicatif probant dans le recul de ce phénomène. En d’autres termes, le volume de la population la plus concernée par le mariage est en baisse.
En effet, notent-ils, l’évolution de la population âgée de 20 à 34 ans, un âge où traditionnellement se contractent 80% des mariages, fait ressortir une régression du volume de celle-ci à une allure visible depuis 2015 déjà. Cette tranche d’âge est passée de 10 997 à 10 877 millions entre 2015 et 2017.
Les statisticiens constatent néanmoins que le rythme de décroissance de l’effectif des mariages semble plus soutenu que celui de la baisse de cette population. Et la situation ne va pas s’inverser de sitôt puisqu’il est prévu le maintien de la baisse du volume de cette population dans les années à venir. Ils ajoutent qu’en l’absence d’autres éléments qui peuvent interférer sur ce phénomène, il est probable que cette tendance baissière soit maintenue jusqu’à l’horizon 2025-2030.
Les sociologues, quant à eux, ont un autre regard sur ce qui s’apparente à un phénomène. Les aspects purement économiques, la crise de logement mais également un changement dans les mentalités ne sont pas étrangers à cette tendance. De plus en plus de jeunes gens ne voient plus le mariage comme un but en soi. Les jeunes filles lui préfèrent une carrière professionnelle après un long cursus universitaire. Elles sont de moins en moins nombreuses à sacrifier leurs études pour se marier. Les jeunes gens qui optent pour une union sont de plus en plus nombreux à divorcer.
Selon les statistiques de l’Office national des statistiques, l’effectif des divorces enregistrés par les services du ministère de la Justice est estimé à 65 637. Il s’agit des ruptures d’unions prononcées au cours de l’année 2017 qui ont connu une augmentation relative de 5,3% par rapport à l’année 2016.
Ces mêmes statistiques font ressortir un taux brut de divortialité de 1,57% au cours de la même période alors qu’il affichait 1,52% en 2016.
Quant au taux de divorce, il a enregistré un bond en passant de 17,42% à 19,32%. Le taux de divorce est défini comme le rapport entre l’effectif des divorces et celui des mariages contractés durant la même année.
Les statistiques ne disent, cependant, rien sur l’âge des personnes ayant choisi le divorce, ni leur situation professionnelle encore moins les raisons qui les ont poussées à se séparer.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 17-09-2018

AU SUJET DES DERNIÈRES DÉCLARATIONS SUR L’ALGÉRIE
Haftar accuse le Qatar

Le général Haftar a officiellement accusé le Qatar d’avoir voulu «allumer le feu» entre la Libye et l’Algérie en déformant de manière grave les propos tenus par ce dernier quelque temps auparavant. Le général libyen a donc visiblement décidé de passer à

2

Périscoop 11:00 | 19-09-2018

Les portables de l’aéroport

Lors d’un contrôle à travers le scanner mixte douane-police de l’aéroport Houari-Boumediène, des passagers ont été interpellés pour introduction frauduleuse de téléphones portables. Les deux voyageurs en provenance