Rubrique
Actualités

Des membres du mouvement arrêtés Mouwatana empêchée de marcher à Constantine

Publié par Ilhem Tir
le 09.09.2018 , 11h00
1220 lectures

La marche pacifique à laquelle le mouvement Mouwatana avait appelée au niveau de la ville des ponts pour protester contre un cinquième mandat du Président Bouteflika a été empêchée par la force publique ce qui a incité les principaux animateurs du mouvement à improviser une conférence de presse devant l’hôtel Ibis.
Alors que certains éléments du mouvement ont été interpellés tôt le matin à l’instar de Zoubida Assoul et le journaliste Saâd Bouokba puis relâchés après, d’autres sont restés coincés au niveau des différentes sûretés urbaines et ce, jusqu’au début de l’après-midi avant d’être escortés avec les principaux leaders du mouvement jusqu’à la sortie de la ville.
Plusieurs militants de droits de l’homme et sympathisants avec le mouvement ont été empêchés carrément d’atteindre le centre-ville grâce à un dispositif sécuritaire impressionnant qui quadrillait toutes les entrées de la ville avec la multiplication des barrages et la vérification des identités de l’ensemble des personnes.
A noter aussi que des camions de ramassage d’ordures ont été déployés pour bloquer des routes et même au niveau du centre-ville.
De son côté et derrière les barreaux du portail de l’hôtel Ibis, les principaux acteurs de Mouwatana comme Sofiane Djilali, Zoubida Assoul, Ali Benouari et Me Salah Dabouz ont dénoncé «une forte réaction des autorités locales qui ont usé d’imagination pour faire avorter cette action».
Le chef du parti Jil Jadid a expliqué qu’une action légale, a été déposée au nom de son parti agréé auprès de la Direction de la réglementation et des affaires légales (Dral) de Constantine pour informer sur l’action prévue.
Pour rappel, 14 figures de l’opposition et de la société civile notamment ont créé «citoyenneté-démocratie» (Mouwatana) le 6 juin dernier et ce, à l’issue d’une réunion tenue au siège de Jil Jadid, et dont l’objectif est de «contribuer au véritable changement dont a besoin le pays» et «rassembler le maximum d’Algériens pour hâter le départ du régime et préparer les véritables conditions d’une transition pacifique».
Une première action a été tentée le 12 août dernier à la place des martyrs à Alger. Un sit-in qui a été empêché également. Constantine constitue la première halte dans une série d’actions programmée par le mouvement à travers le territoire national selon Zoubida Assoul, porte-parole du mouvement qui avait annoncé le 24 août dernier, sur Radio-Constantine Sarbacane, qu’une sortie de proximité de Mouwatana est prévue le 8 septembre à Constantine et que cette dernière s’inscrivait dans le cadre d’une série d’actions à mener à travers les wilayas du pays, et dont l’objectif est de s’opposer au 5e mandat.
Ilhem Tir

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui

2

Périscoop 11:00 | 24-09-2018

Tliba, persona non grata au FLN

Le célèbre député de Annaba, Baha-Eddine Tliba, est décidément persona non grata au FLN. Lors de la réunion des mouhafedhs tenue samedi dernier au Mouflon d’Or à Alger, le SG du FLN apercevant Tliba dans les alentours lui envoya un