Rubrique
Actualités

Plusieurs milliers de manifestants, hier, à Tizi-Ouzou : «On ne veut pas de Bouteflika !»

Publié par A. Maktour
le 14.03.2019 , 11h00
209 lectures

Ce n’était certainement pas ce que l’on pourrait qualifier d’inédite, mais la manifestation qu’a connue Tizi-Ouzou, hier, aura totalement surpris par son ampleur tellement il n’était pas dit au départ que les milliers de personnes qui ont en fin de compte battu le pavé allaient répondre en nombre aussi éloquent à l’appel de la communauté universitaire.
C’était donc une manifestation d’un ordre de grandeur insoupçonné qui a émaillé la protestation populaire marquée par le 4e jour d’une grève générale à laquelle a scrupuleusement adhéré la majorité écrasante des commerçants et fonctionnaires, depuis dimanche dernier donc.
Ainsi, alors qu’on les croyait plus enclins à se préserver pour rééditer, ce vendredi, ces images des marées humaines du 22 février, des 1er et 8 mars, ils étaient plusieurs milliers à répondre à l’appel de la communauté universitaire, entre enseignants, étudiants et travailleurs, pour une marche en guise de réplique au dernier message du Président Bouteflika. Un appel que la communauté universitaire a adressé également à de nombreuses corporations qui ne se sont pas fait prier pour marquer leur présence. Du coup, au milieu des étudiants et leurs enseignants et autres personnels de l’Université Mouloud-Mammeri, on retrouvait des avocats, le collectif de journalistes ayant initié la manifestation du début de semaine, des médecins et autres personnels de la santé et même des banquiers qui, pourtant, étaient de service mais à portes fermées. Tout ce beau monde s’est mis à battre le pavé vers 11 heures, munis de l’attirail du parfait manifestant et entonnant ces slogans qui font siffler les oreilles du président de la République et du régime en général. Une manifestation aux dimensions respectables qui prit en cours de route encore de l’étoffe avec l’arrivée de centaines de personnes des deux sexes et de tout âge dont beaucoup se sont mis à sortir le drapeau national, pour qui l’avait plié dans une poche ou l’avait enfoui dans le sac ou le cartable, comme s’ils s’étaient préparés à répondre présents à n’importe quel moment où la contestation devait repartir. Arrivée juste au carrefour principal du centre-ville, avec sa reconnaissable banderole sur laquelle était clamé «matebkich ya el ghalia, cheda wetrouh» (Ne pleure pas ma chère patrie, ce n’est qu’un coup dur qui passera), la tête de la déjà consistance procession se retrouvait noyée dans une autre foule qui, en fait, attendait là depuis près d’une heure. Ils étaient, en effet, présents sur les lieux, au rond-point du centre-ville, les enseignants et travailleurs de l’éducation qui ont, eux également, répondu en grand nombre au mot d’ordre lancé par l’intersyndicale de l’éducation pour une manifestation exprimant le rejet de l’issue de crise proposée par le président de la République.
Une jonction entre les deux marches qui allait donner cette proportion totalement inattendue à la manifestation qui finira dans la bonne humeur et l’espoir que cette mobilisation de tous les instants finira par aboutir et que «Bouteflika comprendra enfin qu’on ne veut plus de lui ni de ceux qui veulent perpétuer ce régime qui a mené le pays là où il en est aujourd’hui», comme le résumera un syndicaliste de l’éducation non peu fier de la démonstration qu’ils venaient de réussir.
M. Azedine

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 25-05-2019

PRÉSENTÉ JEUDI AU TRIBUNAL DE BLIDA
L’ex-chef de Sûreté de la wilaya d’Alger sous contrôle judiciaire

L’ex-chef de la Sûreté de wilaya d’Alger, Noureddine Berrachedi, a bénéficié, jeudi, de la liberté provisoire après avoir été entendu par le juge d’instruction près le tribunal de Blida pour les griefs de mauvaises exploitations de fonction, lesquels lui

2

Pousse avec eux 11:00 | 23-05-2019

Cheddou ouled’koum, cheddou bnat’koum, mon ami !

Mon Dieu, les tronches de dangereux conspirateurs que celles de ces étudiants frappés, matraqués,

3

Soit dit en passant 11:00 | 23-05-2019

Comment penser le sauvetage ? (fin)

4

Pousse avec eux 11:00 | 22-05-2019

Yat’nahaw presque !

5

Pousse avec eux 11:00 | 25-05-2019

Les « pas intéressés » tapent l’incruste !