Rubrique
Actualités

Le Secrétaire d’état britannique au Commerce international à Alger On prépare l’après Brexit et… l’après 49-51

Publié par A. Maktour
le 17.09.2019 , 11h00
1321 lectures

La coopération algéro-britannique était à l’honneur hier avec la visite du secrétaire d’Etat britannique au Commerce international, Conor Burns, devant lequel la ministre algérienne de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, a étalé un aperçu sur les potentialités qu’offre l’Algérie en matière d’investissement, en mettant en avant la toute dernière mesure prise par les autorités du pays de supprimer la règle 49-51.
Une règle qui n’aura plus cours dès l’entrée en application de la loi de finances 2020 et, comme le plaidait la ministre algérienne hier devant son invité, entrera dans le cadre général de l’amélioration du climat des affaires. C’est ainsi que la ministre algérienne de l’Industrie et des Mines a donné des pistes aux Britanniques dans des domaines d’activité aussi diversifiés que l’industrie pharmaceutique, les TIC et les énergies renouvelables, entre autres secteurs qui n’empiètent pas sur la souveraineté nationale, non stratégiques comme énoncé dans le projet de loi de finances approuvé mercredi dernier, pour permettre aux étrangers d’investir.
Pour sa part, le secrétaire d’Etat britannique a expliqué qu’il était à Alger pour participer à renforcer le cadre de coopération avec les pays partenaires du sien pour pallier les conséquences du Brexit sur l’économie britannique, et dans cet ordre d’idées, il souhaite que l’ébauche de nouveaux mécanismes de coopération soit mise en place «pour assurer la continuité des rapports de coopération avec nos deux pays après le Brexit».
C’est d’ailleurs à ce titre que se tiendra à Londres, le 20 janvier prochain, un forum d’investissement africain en souhaitant une présence algérienne à ce rendez-vous économique.
Vœu auquel la ministre algérienne a répondu positivement en confirmant la présence de l’Algérie tout en assurant que son département est «disposé à contribuer à l’élaboration d’un cadre de coopération économique entre les deux pays à travers des rencontres qui permettront d’arrêter les secteurs prioritaires pouvant faire l’objet de partenariat entre les opérateurs des deux pays».
A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires