Rubrique
Actualités

IL SERA ENTENDU SUR LE FOND Ould Abbès demain chez le juge

Publié par Abla Chérif
le 19.11.2019 , 11h00
3856 lectures

Djamel Ould Abbès sera auditionné dans le fond ce mercredi 20 novembre, a-t-on appris de source proche du dossier.
L’échéance était très attendue par la défense de l’ancien ministre de la Solidarité qui affirmait en juillet dernier ne pas avoir pu présenter au juge d’instruction les documents disculpant son client car ce dernier, dit-il, avait été interrogé sur des faits n’étant pas contenus dans la convocation émanant de la justice.  
Selon Me Ksentini, la convocation portait alors sur une plainte ayant trait à des malversations qui se seraient produites  entre 2010 et 2013. «A cette époque, déclarait-il au Soir d’Algérie, il occupait le poste de ministre de la Santé. Une fois arrivés sur place, nous avons été surpris de nous voir interrogés sur des faits datant de l’époque où il occupait la fonction de ministre de la Solidarité. Les documents avec lesquels nous pouvions nous défendre, les justificatifs des faits qui lui ont été reprochés n’étaient pas en notre possession.» 
Les griefs retenus contre l’ancien ministre sont au nombre de trois. Ils sont surtout lourds. Djamel Ould Abbès est accusé d’avoir détourné entre 500 et 560 milliards, montant des autobus devant être mis à la disposition du transport scolaire. Le second chef d’inculpation porte sur le «détournement de 1 200 ordinateurs, dons de l’Etat, devant être distribués à des associations».
Il est accusé, en troisième lieu, d’avoir «détourné des tentes (environ une cinquantaine) devant servir à un rassemblement de scouts à Boumerdès». «Nous avions tous les justificatifs, les décharges attestant que les bus et les ordinateurs avaient été reçus par leurs destinataires, explique Me Farouk Ksentini, mais ils étaient restés au bureau. Le seul justificatif que nous n’avions pas concerne les tentes devant parvenir aux scouts car ce n’est pas lui qui s’était chargé de l’évènement.» Tous les justificatifs en question seront  donc présentés ce mercredi. 
Il y a quelques jours, Djamel Ould Abbès a tenu à rappeler à ses avocats qu’il venait de «commémorer, le 14 novembre dernier, le premier anniversaire de sa destitution de la tête du FLN. On m’a appelé tôt le matin, à 7h30 pour me demander de plier bagage, j’ai refusé, dit-il encore, car j’avais été élu à ce poste. Ils ont insisté pour que cela se fasse et m’ont obligé à démissionner, je suis la première victime de la issaba».
A. C.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses