Voir Tous
Rubrique
Actualités

GRÈVE SAUVAGE À ALGÉRIE POSTE Pagaille dans les bureaux de poste

Publié par Karim Aimeur
le 14.04.2021 , 11h00
2999 lectures

Déclenchée avant-hier à la surprise générale et sans préavis, la grève des travailleurs de la Poste s’est poursuivie hier, touchant les bureaux de poste de plusieurs wilayas du pays, provoquant l’incompréhension et la colère des usagers fortement pénalisés par cet arrêt de travail. Tentant de contenir le mouvement dans un contexte sensible, au début du mois de Ramadhan, où les postes sont fortement sollicités, la direction d’Algérie Poste a annoncé la prise en charge des doléances de ses employés.

Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - « Aucun service n’est assuré. Nous sommes en grève .» Le bureau de poste de la rue Hassiba-Ben-Bouali à Alger a été complètement paralysé, hier, par la grève sauvage observée « suite à des appels sur les réseaux sociaux » et qu’aucune organisation syndicale n'a revendiquée.
Les employés de ce bureau ont déserté les guichets. Aux environs de 12h, un seul employé était dans la structure dont l’accès était obstrué par une table. 
Cet employé se contentait d’informer les clients de la fermeture du bureau pour raison de grève, sans fournir aucune autre décision. «Nous sommes en grève», nous-a-t-il lancé. Plusieurs autres bureaux de poste ont connu la même situation à Alger où le mouvement semble avoir été largement suivi, pénalisant de nombreux citoyens.  Au niveau du bureau de la place du 1er-Mai, les clients sont reçus mais le service ne suit pas ; ce qui a créé une anarchie à l’intérieur. N’admettant pas cet imprévu, les clients ont crié leur colère face à des employés qui ne bronchaient même pas. «Êtes-vous en grève ?» demandons-nous à un préposé au guichet qui n’assure aucun service. « Ma vacation est terminée », informe-t-elle. Et son remplaçant ? Elle évoque par la suite« un problème de liquidité » avant de lâcher : «Nous sommes en grève.» Au niveau d’autres bureaux de poste, le service a été assuré le plus normalement du monde et aucun mouvement de protestation n’est perceptible. C’est le cas de la Grande-Poste où tout fonctionnait normalement. Aucune organisation syndicale ou autre collectif de travailleurs n’a revendiqué ce mouvement. Les employés évoquent vaguement certaines revendications comme le versement des primes, la prime du 13e mois et la rétribution des journées de week-end travaillées, comme les samedis et les quelques vendredis où les employés étaient mobilisés exceptionnellement.

Les promesses d’Algérie Poste
Pour contenir ce mouvement qui est intervenu dans un moment de tension sur les bureaux de poste, très sollicités en pareille période de l’année, à savoir le début du mois de Ramadhan, la direction d’Algérie Poste a tenté de rassurer les travailleurs quant à la prise en charge de leurs revendications. Dans un communiqué rendu public en fin de journée d’avant-hier, Algérie Poste a annoncé le versement de la prime d'encouragement pendant ce mois de Ramadhan.
Affirmant avoir dialogué et consulté avec le partenaire social, Algérie Poste a ajouté que toutes les mesures pour la satisfaction des autres revendications sont prises, mais ne seront applicables qu’une fois le syndicat de la société créé.
Il s’agit, a-t-elle détaillé dans le même communiqué, de la prime de rendement individuelle et collective, du dossier des travailleurs licenciés, de l’aménagement des horaires et des jours de travail et le dossier des travailleurs qui occupent des postes autres que ceux spécifiés dans leurs décisions de nomination.
Appelant les employés à faire preuve de sens de responsabilité, la direction d’Algérie Poste a affirmé qu’elle œuvre à accélérer le rythme de la mise en place de ce syndicat dans les meilleurs délais, tout en expliquant que cela reste de la compétence exclusive des instances syndicales.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir