Rubrique
Actualités

Oran «Pour des élections libres et régulières»

Publié par LSA
le 11.09.2019 , 11h00
733 lectures
Hier, les étudiants qui ont rejoint leurs camarades, après une absence due aux vacances universitaires, ont choisi pour certains de porter le tablier blanc pour signifier, disent-ils «le retour aux études mais aussi sur le terrain des revendications populaires».
Ce mardi était l’occasion pour les étudiants de faire une rétrospective des acquis obtenus depuis le début du Hirak. «Nul ne peut le contester le peuple est source de tout pouvoir, ce que stipulent les articles 7 et 8. Ce que décide le peuple se concrétise, pour preuve, nous sommes parvenus à anéantir le pouvoir de Bouteflika, mais est-ce suffisant ? Êtes-vous satisfaits ?». La foule rétorque «Non».
L’intervenant, un étudiant, dira que «si le peuple est arrivé à démolir la façade de la gouvernance du Président déchu, aujourd’hui, le peuple appelle à éradiquer et faire tomber toutes les actions et les agissements de la bande et de recouvrer sa souveraineté et sa fierté».
Le dialogue, oui, mais à condition diront les manifestants que ça ne soit pas avec les gangs, «nous sommes pour un dialogue avec les intègres. Oui, nous sommes pour des élections mais libres et régulières, d’où notre refus des élections encadrées par le gouvernement Bedoui».
Amel Bentolba

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et