Voir Tous
Rubrique
Actualités

Retrait du texte sur la déchéance de nationalité Rahabi salue une décision «sage»

Publié par Karim Aimeur
le 08.04.2021 , 11h00
1272 lectures
©Samir Sid
Le très controversé avant-projet de loi sur la déchéance de nationalité, dénoncé par les défenseurs des droits de l’Homme et des partis politiques, a été retiré. L’ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, a salué une décision « opportune et sage » du président de la République.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - « Le retrait par le président de la République du projet de déchéance de la nationalité algérienne est une décision opportune et sage. La patrie n'a pas vocation à produire des apatrides et l'État est tenu par des obligations légales de protéger tous ses citoyens à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières », a réagi Rahabi dans un commentaire publié sur sa page Facebook.
Il a estimé qu’il était regrettable que l'Algérie, pays de forte tradition d'accueil de réfugiés de toutes conditions, donne d’elle-même cette image de pays en décalage avec la réalité internationale et les valeurs universelles.
« Si la décision du Président Tebboune participe à l'évidence d'un esprit d'apaisement dans une conjoncture nationale marquée par la montée des extrémismes de toute nature dans la société, elle nous renseigne également sur le caractère irréfléchi et précipité de certaines décisions de l'État algérien, fragilisé dans ses fondements mêmes par deux décennies de laisser-aller et de corruption », a poursuivi M. Rahabi qui avait qualifié le texte de « proposition inutile et singulière » qui « procède de la dérive totalitaire systémique activée chaque fois que le peuple exige davantage de liberté et de droits et dans un contexte marqué par une restriction du champ des libertés individuelles et collectives ».
Depuis son annonce par le gouvernement qui avait adopté le texte élaboré par le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, début mars dernier, ce projet de loi a provoqué la consternation et des dénonciations de toutes parts.
Au début de la semaine, le chef de l’État avait annoncé le retrait du texte qui proposait «une procédure de déchéance de la nationalité algérienne acquise ou d’origine qui sera applicable à tout Algérien qui commet, en dehors du territoire national, des actes portant volontairement de graves préjudices aux intérêts de l’État ou qui portent atteinte à l’unité nationale». La mesure, selon un communiqué du Premier ministère, visait également celui «qui active ou adhère à une organisation terroriste ainsi que celui qui la finance ou qui en fait l’apologie et toute personne qui collabore avec un État ennemi ».
Un texte qui a provoqué le tollé général, avant son retrait. Le Président Tebboune a expliqué que le texte «a été retiré en raison de son interprétation erronée».
«On a considéré qu’une infime minorité ne peut pas nous amener à mettre en place une loi parce que c’est une chose qui n’intéresse pas les Algériens», a-t-il soutenu.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 11-04-2021

Algérie-France
Les dessous d’un report provoqué

C’était contre toute attente que le Premier ministre français, Jean Castex, annonçait, jeudi dans la soirée, « le report » de la visite qu’il devait effectuer aujourd’hui, dimanche, à Alger. Un « report » d’autant plus surprenant qu’il s’agit

2

Périscoop 11:00 | 12-04-2021

Le séjour de Zetchi

Le désormais ex-président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, a préféré prendre du recul et fuir la grande pression à laquelle il était soumis depuis quelque temps à Alger. Selon des indiscrétions, l’homme s’offre un séjour dans