Rubrique
Actualités

Karim Younès au Soir d’Algérie : «Seul l’avenir dira si le choix était le bon»

Publié par Nawal Imès
le 03.08.2019 , 11h00
1550 lectures

Entretien réalisé par Nawal Imès

Au lendemain de la première réunion de l’instance de médiation, son premier responsable explique dans cet entretien express sa démarche. Karim Younès dit avoir fait prévaloir «l’intérêt national». Il assure que le panel n’a pas l’intention d’abandonner les préalables posés au chef de l’Etat. L’avenir de l’initiative est, dit-il, lié au soutien dont il bénéficiera au sein de la classe politique et de la société civile.


Le Soir d’Algérie : M. Karim Younès, vous aviez dans un premier temps décidé d’abandonner la mission de médiation avant de revenir sur votre décision. Pouvez-vous en expliquer les raisons ?
Karim Younès : Entre la susceptibilité liée à ma dignité et l'intérêt national, j'ai fait le choix de servir mon pays. Seul l'avenir dira si le choix était le bon ou pas.
En décidant d’entamer le dialogue après le discours de Gaïd Salah, cela signifie-t-il que le panel abandonne définitivement les préalables posés lors de la rencontre avec Bensalah ?
Nous avons décidé d'entamer notre travail de rapprochement des acteurs politiques nationaux, car la situation globale du pays, notamment sur le plan économique, nous interpelle de façon urgente, pour stabiliser les institutions politiques du pays. Cependant, il n'a jamais été question d'abandonner les mesures auxquelles vous faites allusion, le communiqué de la dernière réunion du panel en faisant foi.
Le chef de l’Etat n’a visiblement pas les coudées franches. Allez-vous continuer à discuter avec Bensalah ou vous adresser à l’armée à l’avenir ?
Le dialogue concerne les acteurs issus des partis politiques, des syndicats, du mouvement associatif et du Hirak. Le Président de l'Etat a bien souligné que les institutions civiles et militaires, représentant l'Etat, ne sont pas concernées par ce dialogue.
Dans ce contexte, de quelle marge de manœuvre dispose le panel ?
La marge de manœuvre du panel dépendra du soutien dont il bénéficiera de la part des acteurs politiques et du mouvement.
Avec l’apport de nouveaux acteurs de premier rang et des associations à travers tout le pays, nous ne pouvons qu’être confiants quant à la réussite de la mission que nous nous sommes fixée.
L’appel aux personnalités afin qu’elles vous rejoignent a été majoritairement rejeté. De quels arguments disposez-vous pour les convaincre et les faire adhérer à votre démarche ?
L'argument qui me semble le plus logique, est que seule une adhésion consistante à la démarche initiée pourra peser sur l'avenir du pays, car l'important est de définir ensemble la feuille de route du prochain mandat présidentiel.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce

2

Actualités 11:00 | 18-09-2019

2 EX-PREMIERS MINISTRE, 14 ANCIENS MINISTRES, DES WALIS, 3 P-DG DE BANQUE ET 12 HOMMES D’AFFAIRES Y SÉJOURNENT
La prison d’El-Harrach s’adapte à ses nouveaux pensionnaires

L’afflux important de nouveaux détenus au pénitencier d’El-Harrach a contraint les autorités compétentes à procéder à des réaménagements et à la prise de décisions qu’impose désormais la nouvelle situation. Une situation incroyable, difficile à imaginer quelques mois auparavant et qui fait par conséquent peser une très grosse