Rubrique
Actualités

Sortie de la 1re promotion d’enseignants de tamazight du cycle primaire

Publié par Brahim Taouchichet
le 30.06.2019 , 11h00
50 lectures
Cette fin d’année universitaire 2018-2019 enregistre la sortie de la première promotion d’enseignants de tamazight du cycle primaire (PEP) de l’Ecole normale supérieure (ENS) de Bouzaréah. Elle porte le nom de l’écrivain et chercheur Mouloud Mammeri, apprend-on auprès du HCA.
A cette occasion, le Haut Commissariat à l’amazighité (HCA) a pris l’initiative d’organiser une sortie pédagogique et culturelle au profit des quarante lauréats de cette promotion, placée sous l’encadrement de la directrice de la section langue amazighe de l’ENS et du président de l’Association des enseignants de tamazight de la wilaya d’Alger.
Ainsi, le déplacement devait avoir lieu hier samedi 29 juin à destination du village Azemmour Oumeriem qui s’est distingué, en 2018, dans le concours relatif au village le plus propre au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou.
Les lauréats, dans une deuxième étape, se rendront au centre culturel de la commune d’Ath Yenni où sont programmées plusieurs activités à l’occasion de cet événement, sans oublier un moment de recueillement sur la tombe du regretté Mouloud Mammeri, indique-t-on.
L’ouverture de sections de la langue amazighe au niveau d’autres Ecoles normales supérieures à travers le pays est un des objectifs à concrétiser à court et moyen terme, souligne-t-on.
B. T.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses