Voir Tous
Rubrique
Actualités

AGROALIMENTAIRE Turbulences en vue pour la filière lait

Publié par Rym Nasri
le 11.10.2021 , 11h00
1090 lectures

Les transformateurs laitiers privés frôlent sérieusement la faillite. L’augmentation du prix de l’emballage plastique du lait ne fera que creuser davantage leurs pertes sur la vente de ce produit de large consommation subventionné par l’État. La profession prévoit la tenue d’un sit-in surprise à Alger.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Ils gardent jalousement le secret de la date de cette journée de mobilisation durant laquelle ils comptent alerter les pouvoirs publics sur les épreuves difficiles qu’ils endurent et qui mettent en péril leur activité. Mais où est le problème ?
C’est la récente augmentation du prix du film polyéthylène, destiné au conditionnement du lait en sachet, qui a fait déborder le vase. 
«Le prix du film polyéthylène des sachets de lait a augmenté. Il est passé de 345 dinars/kg à 390 dinars/kg, soit une hausse de 0,52 dinars par litre de lait administré», précisent des transformateurs laitiers privés.
Eux qui se plaignent depuis quelques années déjà de ne pas rentrer dans leurs frais, se retrouvent aujourd’hui encore plus pénalisés avec la revalorisation du prix du film utilisé pour l’emballage du lait en sachet. 
«Nous travaillons déjà avec 4,76 dinars de perte par litre. Cette nouvelle augmentation du film de la pochette de lait va porter notre perte à 5 dinars par litre. Nous ne sommes pas loin de déposer le bilan puisque nous ne pouvons plus supporter autant de pertes», se plaignent-ils. Même le groupe public de lait Giplait, poursuivent-ils, «travaille désormais à perte».
Pourtant, assurent-ils, «notre fournisseur de film polyéthylène est le moins cher sur le marché national. Selon lui, c’est le prix de la matière première qui a augmenté sur le marché international».
Au grand dam de ces opérateurs économiques de la filière lait, cette hausse du prix de ce produit de conditionnement ne sera pas la seule puisque une seconde est prévue le 20 octobre prochain.
Les transformateurs laitiers privés qui d’habitude tentent de combler leurs pertes sur le lait en sachet subventionné par l’État en recourant à la production de certains dérivés du lait, notamment le fromage et autres, ne peuvent plus désormais se le permettre. «La poudre de lait pour la fabrication de «l’ben» et «raïb» et autres dérivés du lait, dont le prix a augmenté à l’international, est passée sur le marché local de 450 dinars à 600 dinars le kilogramme, soit près de 60% par rapport au prix de l’Office national interprofessionnel du lait (Onil)», expliquent-ils. 
Face à cette flambée, la plupart d’entre eux ont renoncé à la production des dérivés du lait et cessé cette activité. Un arrêt qui induit automatiquement la perte de centaines de postes de travail. Leurs maintes démarches pour sensibiliser les ministères de l’Agriculture et du Commerce à leur situation restent vaines. Pourtant, des réunions ont été tenues avec les deux départements sans que des solutions soient dégagées. Ces opérateurs avaient justement suggéré de réduire le coût actuel de la poudre de lait fournie par l’Onil afin d’éviter les pertes. «Nous avons proposé de baisser le prix actuel de la poudre de lait de 159 dinars le kilo à 100 dinars le kilo, afin de maintenir le prix au détail du sachet de lait administré de 25 dinars», rappellent-ils.
Face à l’inertie des responsables concernés, les transformateurs laitiers privés ne décolèrent pas et lancent un appel de détresse afin que leurs doléances soient prises en charge avant qu’il ne soit trop tard. Autrement, les Algériens vont galérer pour trouver le lait en sachet subventionné.
Ry. N.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 25-11-2021

Accords militaires entre Rabat et Tel-Aviv
La menace sur l’Algérie se confirme

La visite du ministre israélien de la Défense à Rabat s’est révélée chargée de messages dangereux qui confirment, au besoin, les menaces pesant sur l’Algérie. «La question de la menace iranienne sera également abordée dans les entretiens», a déclaré Benny Gantz aux journalistes de i24News qui l’accompagnaient. Le responsable de l’armée israélienne ajoute, ensuite, qu’il ne se trouve pas à Rabat pour «parler

2

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 25-11-2021

Quelque chose de Boumediène

Un ami m'écrit depuis l'Allemagne : «Crois-tu sincèrement en Tebboune ? A-t-il les coudées

3

Soit dit en passant 11:00 | 25-11-2021

«Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (1)

4

Soit dit en passant 11:00 | 27-11-2021

«Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (2)

5

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 24-11-2021

La tristesse en son royaume