Actualités / Actualités

54e ANNIVERSAIRE DES DOUANES ALGÉRIENNES

Un corps issu de l’ALN

Pour l’historien Mohamed Lahcen Zeghidi, l’institution des Douanes algériennes est l’héritière de l’Armée de libération nationale (ALN). En effet, ses premiers cadres ont fait leurs armes au sein de l’ALN.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - «Les premiers cadres des Douanes algériennes ne sont pas issus d’une école des douanes mais viennent tous de l’ALN. L’institution des Douanes algériennes est un symbole national qui a réuni des symboles nationaux», affirme le Dr Mohamed Lahcen Zghidi, professeur d’histoire à l’Université d’Alger, au forum de la mémoire du quotidien El Moudjahid en coordination avec l’Association Machaâl Echahid, tenu hier, à Alger. Intervenant à l’occasion de la célébration du 54e anniversaire de la création des Douanes algériennes, il a insisté sur le rôle de cette institution dans la préservation de la mémoire nationale. «Les douanes assurent la protection de l’économie nationale mais aussi du patrimoine matériel culturel et historique du pays», souligne-t-il. Mettant en exergue les efforts des hommes et des femmes qui travaillent dans les administrations douanières, l’historien rappelle à cet effet, la position géostratégique de l’Algérie qui compte des frontières avec sept pays et qui nécessite un dispositif efficace pour la protection de notre économie. Selon lui, il est également question de préserver le patrimoine national historique et de le protéger de la contrebande. Pour sa part, le directeur des relations publiques et de l’information à la direction générale des Douanes algériennes, Djamel Brika, est revenu sur l’historique de son institution depuis sa création en septembre 1964. Il évoque ainsi les différentes étapes de l’évolution des Douanes algériennes notamment l’introduction du système harmonisé de désignation et de codification des marchandises, la réforme de l’institution qui s’est imposée, la mise en place d’un nouveau code des douanes ainsi que la numérisation des services des douanes.
Ry. N.