Rubrique
Actualités

Bouira Une autre marche pour exiger la libération des détenus

Publié par Yazid Yahiaoui
le 08.08.2019 , 11h00
9 lectures
Encore une fois, ils étaient, hier mercredi, des centaines de citoyens des deux communes de la daïra de Haïzer, à 10 kilomètres à l’est de Bouira, à sillonner les principales artères du chef-lieu de daïra, pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus du mouvement populaire, dont les trois issus de la commune de Haïzer.
En présence du député de Béjaïa, Khaled Tazaghart, et la députée de Bouira issue de la commune de Haïzer, Farida Si Nacer, de l’élu RCD à l’APW de Bouira, Meziane Chaâbane, ainsi que de la veuve de Matoub, Nadia Matoub, qui a prévu de marcher avec les manifestants mais qui n’est arrivée qu’à la fin de la marche, des centaines de manifestants ont scandé, tout au long de l’itinéraire qui les a vus parcourir les principales artères de la ville avant de revenir au point de départ devant le siège de l’APC, des mots d’ordre hostiles au pouvoir. Ils ont, en outre, exigé la libération des détenus, en brandissant plusieurs portraits de détenus arrêtés comme ceux de Haïzer mais aussi, le portrait de l’élue RCD de Tizi-Ouzou, Samira Messouci, ou encore ceux des détenus de Béjaïa , dont certains parents ont tenu à être présents hier à Haïzer.
Les marcheurs, qui exigeaient la libération des détenus, n’ont pas omis de scander les habituels mots d’ordre propres au mouvement.
Arrivés devant le siège de l’APC, plusieurs personnes dont les deux députés, ainsi que l’élu RCD mais également des organisateurs, ont pris la parole pour réitérer l’exigence du peuple, à savoir la libération inconditionnelle et immédiate de tous les détenus arrêtés pour port d’emblème amazigh. La marche, qui a été marquée par une grève générale de deux heures entre 6 et 11 heures, s’est déroulée dans le calme.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles

2

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois