Voir Tous
Rubrique
Actualités

Journée mondiale de protection de la couche d’ozone Une campagne d’un mois pour lutter contre les déchets plastiques

Publié par Abdelhalim Benyellès
le 18.09.2019 , 11h00
49 lectures
C’est sous le thème «Déchets plastiques» que la Journée mondiale de protection de la couche d’ozone coïncidant avec la date du 16 septembre, a été célébrée hier mardi à l’hôtel El-Aurassi, en présence de la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, des cadres du ministère, ainsi que des institutions concernées par l’environnement. Il a été question de la stratégie à entreprendre pour faire face aux agressions de la nature. Une opération nationale de lutte contre les déchets plastiques s’étalant entre le 21 septembre et le 21 octobre a été annoncée à l’occasion.
Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - Un exposé sur les agressions contre la couche d’ozone et sur la stratégie mondiale visant à minimiser les risques de ce phénomène a été présenté par le professeur R. Kerbachi au cours duquel il a cité la mobilisation de la communauté scientifique mondiale afin de remédier au problème à la source du réchauffement climatique. A cet effet, il a cité le protocole d’accord de Montréal signé par 197 nations que l’Algérie a ratifié en 1992. Et parmi les mesures concrètes enclenchées en Algérie, il s’agit en premier lieu d’une stratégie de limitation des importations des produits polluants.
La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables a, dans son allocution, insisté sur les engagements de l’Algérie dans le domaine des stratégies à adopter pour la protection de la nature, et de l’expérience dont elle a bénéficié. A ce sujet, elle citera le contrôle des produits importés, leur réduction ainsi que l’accompagnement des entreprises algériennes dans ce projet de protection de l’environnement. Mais elle a aussi insisté sur le «Plan national climat» soumis au gouvernement qui est un document stratégique de lutte contre les changements climatiques à l’origine de la sécheresse, les inondations et la désertification.
Alors que pour le thème du jour, il a été question d’annoncer une vaste opération menée par le ministère de l’Environnement pour la lutte contre les déchets plastiques, une action nationale qui sera menée du 21 septembre au 21 octobre afin de sensibiliser la population des effets néfastes produits par ces déchets sur la nature, par l’implication des écoles, les scouts et les associations. «C’est une opération participative citoyenne qui vise à se débarrasser de cette matière et en même temps en profiter sur le plan économique», a-t-elle précisé. Le but recherché, derrière cette initiative, c’est la promotion du créneau de recyclage du plastique. «Il existe 29 000 entreprises qui exercent dans le domaine du plastique», a-t-elle fait savoir pour indiquer l’ampleur des dégâts causés par cette matière sur la nature. Dans ce domaine, la ministre préconise l’encouragement des jeunes à investir dans la récupération du plastique et son recyclage par le biais des dispositifs d’emploi et d’investissement qui leur sont consacrés à l’instar de l’Ansej. «C’est un secteur porteur auquel les banques accorderont une importance particulière pour les facilitations des crédits», a-t-elle affirmé. Mais à une question relative à la suppression des sacs en plastique noir, Fatma-Zohra Zerouati a répondu que son remplacement par les sacs en papier nécessite du temps car les petites entreprises créées dans les années 1990 devraient abandonner leurs pratiques et s’adapter à une nouvelle technologie. «Il faut d’abord sensibiliser les citoyens au changement des mentalités et par la suite, accompagner ces entreprises dans cette opération de changement de technologie de production.»
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera