Rubrique
Actualités

TLEMCEN Vaste mouvement de solidarité avec les détenus d’opinion

Publié par M. Zenasni
le 13.07.2019 , 11h00
3 lectures
Les manifestants ont exprimé leur colère à travers des slogans hostiles au pouvoir et aux partis de l’alliance. ils ont fait preuve d’un grand civisme et les jeunes n’avaient même pas besoin d’être encadrés, car tout le monde avait respecté les consignes de la marche.
 le caractère pacifique de la manifestation a surpris tout le monde, et ce, à la suite de l’arrestation de deux universitaires au cours de la semaine passée.
Les manifestants brandissaient des slogans «libérez les détenus d’opinion», «le pouvoir aux civils, non à la dictature».
Des moments de grande émotion ont été enregistrés quand le nom des personnes incarcérées a été prononcé par la foule, encore sous le choc.
Les manifestants ont fait deux fois le tour de la place de la mairie pour prendre l’itinéraire habituel vers le siège de la wilaya, avec une halte devant le siège du FLN. Un jeune étudiant en chômage qui envisageait la harga, nous confie, tout simplement, «j’ai repris espoir, je reste ici et c’est à eux de partir maintenant».
Rappelons que les deux professeurs enseignants à l’université Abou-Bekr-Belkaïd ont été arrêtés et poursuivis pour « atteinte au moral des troupes de l’ANP et outrage à corps constitué».
Le Hirak interprète ces arrestations comme une forme d’intimidation pour faire échec au mouvement du 22 février… le bras de fer ne fait que commencer.
M. Zenasni

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Société 11:00 | 19-09-2019

La longue traversée vers Djerba !

Le bus qui transportait une partie des vacanciers à destination de Djerba en Tunisie, un séjour organisé par une agence de voyages d'Alger, démarre vers 15 h à partir de la capitale. C'était mercredi 11 septembre, le deuxième

2

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce