Lundi 04 Octobre 2004
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Corruptions
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Corruptions
APRES TRANSPARENCY INTERNATIONAL, LA BANQUE MONDIALE EPINGLE L’ALGERIE
Commissions et pots-de-vin à grande échelle

Dans son rapport annuel sur “Le développement dans le monde”, la Banque mondiale y consacre un chapitre sur les entreprises face aux obstacles à l'investissement et la pratique des commissions et des pots-de-vin pour contourner ces obstacles. Les résultats de l’enquête menée en Algérie en 2003 auprès de 1 500 entreprises sont sans appel : le coût de cette corruption pour les investisseurs représente en moyenne 6 % de leur chiffre d’affaires. Un coût énorme qui a notamment pour conséquences de faire fuir ces investisseurs et de systématiser les versements de commissions occultes. Mais ces résultats ne sont pas une surprise : ils confirment malheureusement l’étendue de la corruption. Pour rappel, il y a tout juste un an, l’ONG Transparency International attribuait une note de 2,6 sur 10 à l’Algérie à travers l’indice de perception de la corruption. Un score qui traduit un haut niveau de corruption. Suite...


CONGRES, REUNIONS, COLLOQUES
Responsabilités pénales et civiles del'entreprise et de ses dirigeants

5-6 octobre 2004 à Paris : deux journées de séminaire organisées par les Echos de Formation sur le thème : “Nouvelles responsabilités pénales et civiles de l’entreprise et des ses dirigeants : comment mieux gérer les risques ?” Suite...


L’INDICE 2004 DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION RENDU PUBLIC LE 20 OCTOBRE PROCHAIN
Quel sera le score de l'Algérie ?

Le 20 octobre prochain, l’ONG de lutte contre la corruption Transparency International, rendra public son indice annuel de perception de la corruption (IPC). Suite...


ITALIE
Les investissements publics avant et après l'opération "Mains propres"

- Les investissements directs par an ont augmenté de presque 400 %.
- La dette municipale totale a été réduite de manière sensible.
- Le coût de la construction du métro (coût moyen par kilomètre) a été réduit de moitié.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site