Samedi 27 Novembre 2004
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Le Soir Mobile
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Périscoop
UN ALGÉRIEN VICE-CHAMPION DU MONDE DE MATHÉMATIQUES

Mohammed Seghir Saïd, étudiant en 2ème année maths à la faculté des sciences de l’université de Tizi-Ouzou, s’est distingué au championnat du monde de mathématiques qui s’est déroulé le 30 octobre dernier, à Anneberg (Allemagne). Il s’est classé à la 2ème place juste derrière un concurrent espagnol du nom d’Alberto Oto, dans la catégorie multiplications additions. Ils étaient dix-sept candidats, originaires de neuf pays dont l’Espagne, les USA, la France, le Liban, l’Angleterre... et bien sûr l’Algérie, à participer à ces joutes comprenant quatre catégories. Suite...


Une copie à revoir

Le chef de l’État a demandé au groupe de travail qui a planché sur le projet de révision du code dela nationalité à revoir sa copie, rapportent des sources très crédibles. Bouteflika reprocherait aux auteurs du projet de s’être montrés trop permissifs alors qu’ils étaient chargés d’un simple travail d’“assouplissement” de ce code qu’on qualifie comme étant l’un des plus “durs” au monde. Suite...


Quand d’anciens moudjahids s’impliquent

Les anciens membres des réseaux de soutien des militaires de l’Armée de libération nationale et des politiques du Front de libération nationale multiplient contacts et concertations ces jours-ci afin d’engager une action commune en direction de la présidence de la République. Suite...


LE "SEISME" DE MOHAMED CHERIF ABBES

La dernière sortie de Med Cherif Abbès, affirmant que le pays compte pas moins de 10 000 faux moudjahidine, n’a pas manqué de créer un climat de stupeur dans les milieux initiés. Et pour cause : une telle déclaration remet, officiellement, en cause le processus de reconnaissance de la qualité de moudjahid, qui passe obligatoirement par le témoignage de 3 personnes parrainant le postulant, avant l’étude du dossier par une commission de daïra, puis celle de la wilaya, avant que n’arrive le tour de la commission nationale. Où peut, donc, se situer la responsabilité du faux et usage de faux ? Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site