Samedi 27 Novembre 2004
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Le Soir Mobile
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

UN MINISTRE, ÇA DÉMISSIONNE OU ÇA FERME SA GUEULE !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
"Après inventaire de toutes les pièces archéologiques, les experts de la préhistoire algérienne sont soulagés. La pièce maîtresse de la collection algérienne n’a pas été volée. "

Le FLN

La phrase titre n’est pas de moi, vous l’aurez compris. On la doit à Jean-Pierre Chevènement, lorsqu’il n’était pas encore président de parti, mais juste ministre français très influent. Plus près de nous, Chirac, un autre Français, un autre "grand ami de l’Algérie", avait déclaré à propos des velléités de fronde de Nicolas Sarkozy : "J’ordonne, il exécute !". Comme on n’arrête pas depuis des mois de nous dire que nous avons plus intérêt à nous rapprocher de nos amis gaulois que du grand Satan américain, ayons au moins l’intelligence de copier les modes de gouvernance et les pratiques de pouvoir en pays de Gaule. LA DISCIPLINE ! Tout le contraire de ce qui se passe en ce moment dans ma belle et tendre contrée. Qu’est-ce donc que ces crêpages de chignon entre la ministre de la Culture et son "homologue" des Finances ? Ça avait commencé avec des échanges langagiers à la limite de la bagarre de bar, un jeudi soir. Aujourd’hui, avec l’histoire du pillage du patrimoine archéologique par des touristes allemands, braconniers de la préhistoire, nous entrons de plainpied dans un conflit plus lourd, celui des options de développement, celui des programmes et des financements qui leur sont alloués. Que la mauvaise humeur fasse dire à un ministre “viens à la sortie du Conseil de gouvernement, tu vas voir ta gueule ! ", je peux à la limite en rire encore un peu. Juste un peu. Mais que des titulaires de portefeuilles d’un même exécutif se livrent à une guerre en direct live sur ce qu’ils sont pourtant censés défendre de manière unitaire et solidaire relève à mes yeux du scandale. C’est d’autant plus scandaleux qu’avec cette équipe-là au grand complet, nous n’en sommes pas à la première scène de ménage. Déjà, il y a quelques semaines, voire deux ou trois mois, ce qui était censé constituer le fer de lance du programme présidentiel, l’Alliance s’était finalement révélée un panier à crabes aux pinces acérées. Surtout du côté islamiste du panier. J’avoue mon inquiétude non feinte. 85% des Algériens ont voté pour la sortie de crise, la paix, "leh'na" et la fin du désordre né d’un "pluralisme préjudiciable à l’unité du pays". Avril est déjà loin et nous nous retrouvons avec 3 partis majoritaires qui se glissent à qui mieux mieux des peaux de banane sous les pieds, des ministres qu’il faut attacher à leurs sièges pour qu’ils ne se castagnent pas en plein Conseil de gouvernement et même, suprême hérésie que je vérifie tous les jours à la lecture, des journaux du club présidentiel qui s’entre déchirent avec une férocité jamais vue depuis 1990, depuis la naissance de la presse libre. S’il n’y avait que nous ! Entre Algériens, nous ferions avec ! Coups de pied, coups de poing, coups de tête, œil au beurre noir, et puis, épuisés, nous nous serions affalés sur le trottoir de notre déchéance à attendre le prochain Aïd pour nous pardonner à coups de boussboussate. Mais il y a les autres. Les pays que nous draguons de manière effrénée et que nous voulons convaincre qu’ils ont tout intérêt à venir investir ici. Ce que nous leur offrons en ce moment n’est franchement pas beau à regarder. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3976

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site