Culture : PUBLICATION
"CHEIKH M'HAMED BOURAHLA ET LE STYLE KHELOUI DE RACHID BOUKARI"
Koléa ressuscitée à travers le maître Bourahla


Le sacrifice du regretté cheikh M’hamed Bourahla pour que le chant chaâbi se perpétue dans le temps n’a pas été vain si l’on s’en tient à la parution, tout récemment, d’un ouvrage biographique retraçant son parcours artistique. Rachid Boukari et non moins ami de celui qu’on considère à Koléa comme le maître incontesté de la musique chère à Mustapha Nador est l’auteur du livre intitulé Cheikh M’hamed Bourahla et le style kheloui.
Il a le mérite d’avoir ressuscité la vie d’un grand maître d’autant que celui-ci a créé un style de chant bien particulier qui ne répond à aucun critère imposé par l’école ankaouie. Son style à lui est communément appelé kheloui. Publié avec le concours du Fonds national pour la promotion des arts et des lettres du ministère de la Culture et imprimé sur les presses de l’imprimerie Mauguin à Blida, ce document, riche en informations, a réhabilité, par l’occasion, la ville de Koléa et son saint patron Sid-Ali Mebarek. Cheikh M’hamed Bourahla, apprend-on dans le livre, est né le 8 février 1918 à Koléa et a été l’élève de Kouider Kezadri qui a rendu l’âme vendredi dernier à l’âge de 90 ans. Bourahla, pétri de connaissances musicales apprises de son maître, forma un orchestre composé de chevronnés de l’instrument à l’image de Ali Haouati, Ali Semmar, Abdelkader Guerrous, entre autres. Son nom commença à retentir dans les milieux artistiques à partir des années 1940 et sera dès lors sollicité pour animer les fêtes familiales à Koléa, Cherchell, Blida et d’autres villes de la Mitidja. Pour les besoins d’enrichir son répertoire poétique, Bourahla effectue en 1948 un voyage au Maroc où il fera la connaissance du grand barde du melhoun, cheikh Driss El Alami (mort le 23 mars 1965 à l’âge de 95 ans). En résumé, cheikh Bourahla a eu une vie très riche culturellement et après sa mort, survenue le dimanche 2 septembre 1984 à la Mecque, il a laissé une bibliothèque comportant des textes poétiques d’expression populaire d’une valeur inestimable. Il est important de signaler que l’auteur de cette publication, M. Rachid Boukari, est un féru de la chanson chaâbi qui a suivi presque pas à pas l’itinéraire de cheikh Bourahla, du moins après l’indépendance, d’où cette biographie. Né le 31 janvier 1943 à Koléa, Rachid Boukari a été correspondant sportif du journal El Moudjahid de 1974 à 1977 et est fondateur de l’association musicale El Bassatine Echaâbia. Tout comme il a fondé l’association culturelle, scientifique et historique de la ville de Koléa, dénommée Koléa la mémoire, au sein de laquelle il assure le secrétariat général ; il est aussi membre fondateur de la fondation Sid-Ali Mebarek
M. Belarbi

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable