Sports : FOOTBALL DIVISION UNE (13e journée)
JS KABYLIE 2 - WA TLEMCEN 0
Un dernier quart-d’heure de feu


Tizi-Ouzou, stade du 1er-Novembre, temps printanier, pelouse praticable, 10 000 spectateurs environ, arbitrage de M. Ouchène.
Averts. : Zazou (77’) JSK.
Hamdi (40’), Kherris (72’) WAT.
Buts : Zafour (74’), Belhadj (80’) JSK.
JSK : Gaouaoui, Zazou, Raho, Habri, Zafour, Driouèche, Bendahmane, Boudjakdji puis Doudane (89’), Berguiga, Belhadj puis Larbi (85’), Endzenga puis Sessay (46’).
Entraîneur : Saïb.
WAT : Zitouni, Kherris, Kherbouche, Yakhlef, Boughrara, Belgheri puis Chaïb (50’), Boulaïnceur puis Meziani (82’), Hachemi, Hadjou, Benyamina puis Berrane (79’), Hamdi.
Entraîneur : Benyellès.


Azedine Maktour - Tizi- Ouzou (Le Soir) - Face à un adversaire tlemcénien qui leur a, certes, très souvent souri, mais très rarement en se laissant faire, les Canaris ont dû encore une fois, faire preuve, en plus d’une belle générosité dans l’effort, d’une énorme patience. Il en fallait vraiment pour venir à bout d’une équipe du WAT ayant su les trois quarts du temps de la partie faire admirer sa maîtrise du verrouillage. Dieu, qu’il était dur pour Berguiga et ses amis de trouver une faille dans ce bloc qui ne faisait pas dans la poésie. Les trois quarts de temps donc, les hommes de Moussa Saïb ont tout tenté. Et puis, il faut dire qu’il leur manquait cette flamme dans le jeu qu’apporte habituellement Farouk Belkaïd. Une défection que malgré son précieux concours, sur un tout autre registre, Réda Belhadj n’a pas pu combler. Il fallut longtemps patienter avant de voir le match se débrider un tout petit peu, et ce, grâce à celui qui allait se révéler au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient comme l’homme du salut pour la JSK, un authentique Braveheart, Brahim Zafour. Passé le premier quart d’heure, en bon capitaine, lui, le défenseur central, prit en effet à son compte l’animation du jeu offensif de son équipe. C’est sur une de ses montées que le premier véritable pétard de la partie a été allumé, et très maladroitement vendangé par Endzenga qui, peut-être, fut surpris de se retrouver seul face au but adverse sur la lumineuse passe de Zafour. A vrai dire, il devenait très clair qu’il fallait attendre un exploit individuel pour espérer voir ce match extrêmement fermé se dérider. Pour remédier à la situation, Saïb a préféré procéder à un réaménagement de ses lignes en faisant entrer, dès la reprise, Roberts Sessay pour prendre part à l’animation du jeu et se passant des services de Willy Endzenga à la pointe de l’attaque où Zafour s’est maintes fois présenté, affolant presque à chaque coup les défenseurs tlemcéniens et leur gardien de but, Zitouni, qui réussira d’ailleurs sur quelques coups de boutoir kabyles de jolis arrêts dont un tout simplement époustouflant sur une tentative de Zafour. Ce n’était que partie remise puisque, après une autre occasion du même Braveheart Zafour et un incroyable raté de Berguiga, le gardien de but de Tlemcen ne pouvait que s’avouer vaincu sur une tête du survolté capitaine kabyle à la conclusion d’un centre de la droite après un travail inspiré par Sessay. Et c’est toujours de ce côté-ci que le sort de ce match, pas très agréable sur le plan esthétique, sera définitivement scellé avec Belhadj dans le rôle du buteur cette fois à la réception d’une ouverture de Habri. Une victoire pas facile, mais fort méritée pour les Canaris sur un adversaire qui doit s’en vouloir de n’avoir pu tenir le coup que jusqu’à un quart d’heure du coup de sifflet du très moyen M. Ouchène. A. M.

ILS ETAIENT ATTENDUS DEPUIS DIMANCHE DERNIER

Camaro et Musa enfin à Tizi

Attendues dimanche dernier, les deux potentielles recrues hivernales de la JSK, le Nigérian Abubacar Musa et le Guinéen Ousmane Camaro, ont finalement rejoint Tizi-Ouzou dans la matinée de jeudi tout juste après leur arrivée à l’aéroport d’Alger. Flanqués de leur agent, les deux candidats aux places à prendre dans l’effectif des champions d’Algérie ont été immédiatement mis dans l’ambiance du club puisqu’ils ont été parmi les spectateurs les plus attentifs du match JSK/WAT. Les deux joueurs devaient s’astreindre, hier, à une séance de décrassage avant de répondre à une convocation, dimanche, pour un entraînement avec le reste de l’équipe. C’est à partir de là qu’ils devraient commencer à subir les tests sur lesquels devrait se baser Moussa Saïb pour décider de leur recrutement durant le mercato. A. M.

 

ILS ETAIENT ATTENDUS DEPUIS DIMANCHE DERNIER

Camaro et Musa enfin à Tizi

Attendues dimanche dernier, les deux potentielles recrues hivernales de la JSK, le Nigérian Abubacar Musa et le Guinéen Ousmane Camaro, ont finalement rejoint Tizi-Ouzou dans la matinée de jeudi tout juste après leur arrivée à l’aéroport d’Alger. Flanqués de leur agent, les deux candidats aux places à prendre dans l’effectif des champions d’Algérie ont été immédiatement mis dans l’ambiance du club puisqu’ils ont été parmi les spectateurs les plus attentifs du match JSK/WAT. Les deux joueurs devaient s’astreindre, hier, à une séance de décrassage avant de répondre à une convocation, dimanche, pour un entraînement avec le reste de l’équipe. C’est à partir de là qu’ils devraient commencer à subir les tests sur lesquels devrait se baser Moussa Saïb pour décider de leur recrutement durant le mercato. A. M.

 

USM ANNABA 1 - CR BELOUIZDAD 0

Le salut passe par El Hadi Adel

Stade du 19-Mai, beau temps, pelouse en bon état, public nombreux, mauvaise organisation, arbitrage du trio Himoudi-Zekrai-Omari.
But : El Hadi Adel (85’) USM An.
Averts. : Atmani (USMAn), Mezaïr (CRB)
Expulsion : Bouferma (CRB).
USM An. : Houamed, Besbes (Kouachi), Aït Ali, Salhat, Latrèche, Younès, Boucherit, El Hadi Adel, Bensaïd (Aouamri), Bouder, Atmani.
Entrs. : Mouassa-Mezlini.
CRB : Mezaïr, Slatni, Amieur, Boutnef, Belhamel, Ouslati (Maâchou), Ziari (Dob), Rouaïghia, Bouferma, Chache (Saâdi), Kemane.
Entr. : N. Neggazi.

Les poulains de Neggazi n’ont pu sortir indemnes de leur déplacement à Annaba en s’inclinant sur un score de 1-0. Les camarades de El Hadi Adel ont ouvert la marque après 85 minutes de jeu, suite à un tir bien tendu du meneur de jeu El Hadi Adel en pleine surface de réparation de l’équipe adverse. Une frappe déviée par le dos de Amieur. Après l’ouverture du score, les visiteurs ont tenté de réagir à plusieurs reprises, notamment par Chache et Bouferma qui ont raté des buts tout faits. Pourtant, la domination des visiteurs fut plus nette en première mi-temps, mais sans rien changer au tableau d’affichage. Après la pause, on pensait que les visiteurs allaient revenir avec beaucoup plus de détermination, mais rien n’y fait. Les quelques attaques menées par Rouaïghia et Dob seront repoussées par les locaux. Ces derniers se montrent plus entreprenants, en se créant des occasions nettes. En effet, par deux fois, l’attaquant Bensaïd s’est présenté seul devant l’excellent Mezaïr, mais sans pouvoir concrétiser. Amir Driss

 

CS CONSTANTINE 2 - ES SETIF 0

Incontestable victoire

Opow Constantine, stade du 17-Juin, journée ensoleillée et température clémente, bonne organisation, affluence nombreuse, bon arbitrage du trio Djaballah-Belkhir-Benchaya
Buts : Fenier (53’), Ouchem (68’) CSC
Averts. : Bensahnoune, Sedrati, Saïbi (CSC), Kechaïri, Benchaira (ESS)
CSC : Bensahnoune, Derrahi, Sedrati (Sissaoui), Harnane, Zerdia, Arama (C), Medjoudj, Bakha (Chouieb), Fenier, Saïbi, Ouchem. - Entr. : Nedjar
ESS : Belhani, Bensaïd (Guenifi), Kechaïri, Achouri (Achacha), Lahlouh, Madoui (C), Torchi, Benchaïra (Fellahi), Saïhi, Hadj Aïssa, Derradj. - Entr. : Bira

Victoire méritée pour les Vert et Noir et juste récompense pour un Nedjar, seul à croire jusque-là en ses capacités à redonner à l’équipe, sinon une âme, au moins les valeurs guerrières (au sens sportif s’entend) qui lui étaient connues jusque-là. Et c’est sur cette vertu “génétique” de battants que Ouchem et ses coéquipiers ont façonné leur succès. Sans diminuer de la victoire des locaux, il y a lieu toutefois de souligner que les Sétifiens sont venus à Constantine pratiquement sur un nuage, dopés, légitimement, certes, par une série de victoires consécutives mais plus par des articles de presse dithyrambiques qui leur avaient fait prendre la grosse tête. C’est dans cet ordre d’idées qu’ils ont sans nul doute négligé leur adversaire, pour preuve ils s’entraîneront sur la pelouse synthétique du stade Abed-Hamdani (Khroub) au lieu de le faire, ce qui à notre sens relève de la logique, sur celle en gazon naturel du terrain réplique mitoyen du stade où ils allaient évoluer. Sur ce choix, l’explication qui nous sera donnée avant la rencontre par Bira était loin de tenir la route. Sur le terrain, le coach sétifien alignera une équipe bâtie sur le seul Hadj Aïssa de qui était attendu le trait de génie sinon le miracle…sauf qu’une hirondelle ne fait pas le printemps même si dans ces dribbles fous, ses remises de balle venant, toutes proportions gardées d’une autre planète, le faiseur de jeu épaulé uniquement par un complice sur mesure en l’occurrence Derradj, ne pouvait à l’évidence faire, seul, la décision. Les Sanafir savaient que pour neutraliser Hadj Aïssa, il fallait le «faire » jouer autrement, à savoir l’essouffler dans ses sinueux dribbles en le coupant de tout contact de Derradj. Preuve en est qu’en première mi-temps les seules opportunités pour les Ententistes de prendre le large ont été celles où Derradj a été mis en situation de marquer, chaque fois par… Hadj Aïssa (12’, 19’, 33’, 42’) au moment où les protégés de Nedjar ne comptabiliseront qu’une velléité de scorer (25’) par Fenier lequel idéalement servi par Ouchem réussissait face à Belhani un joli… drop. Bira avait eu sa mi-temps sans savoir en profiter. Cela ne sera pas le cas pour Nedjar qui renverra, pour la seconde, sur le terrain onze joueurs totalement métamorphosés qui prendront à la gorge leurs adversaires, portés par un public étonné par cette soudaine reconversion. Saïbi, Bakha et Medjoudj ratisseront large en s’appliquant dans la transmission de la balle, évitant d’une part de la perdre trop facilement comme il en a été le cas au cours du premier half et en lançant en profondeur Ouchem qui se chargeait alors d’alimenter Fenier et c’est de cette manière qu’à la 53’, Medjoudj d’une longue transversale démarquait Ouchem sur l’aile droite, lequel à son tour envoie une balle travaillée à hauteur du point de penalty que Fenier se fera un plaisir de reprendre du plat du pied en pleine course. Elémentaire et finement cousu. Les coéquipiers de Arama retrouvant confiance, porteront l’estocade à la 68’ sur un but somptueux par la lucidité avec laquelle il a été obtenu par Ouchem. Cette victoire, la deuxième acquise sur son ground par le CSC cette saison, va très certainement permettre à Nedjar de mieux envisager la suite, lui qui nous disait, il n’y a pas longtemps : «J’ai besoin d’une petite série positive… si elle est là, nous sortirons du tunnel ». Après le nul ramené de Mascara, une belle victoire face à l’ESS, il est peut-être servi. Adlane B.

 

Le trésorier du COA décède dans un accident de la route

Le trésorier du Comité olympique algérien, M.Bendjoudi Mohamed (44 ans), a trouvé la mort jeudi après-midi dans un accident de la circulation survenu sur la RN 5, près de Bouira. Son collègue Farid Mimoun, qui se trouvait parmi les sept travailleurs à bord d’une fourgonnette de type Ford appartenant au COA, se trouve dans un état comateux. Les cinq autres passagers exerçant au COA, évacués sur l’hôpital de Bouira, sont victimes de diverses fractures. Il est bon de noter que les missionnaires du COA, victimes de ce grave accident se dirigeaient en direction de la station Tikjda. Bendjoudi Mohamed a été enterré hier à Ben- Aknoun. En cette triste circonstance, la rubrique sportive du Soir d’Algérie présente ses sincères condoléances à la famille du défunt. C.B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable