Régions Est : JIJEL
La CNAC s’ouvre au public chômeur


La journée portes ouvertes organisée par la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) mardi dernier à Jijel a drainé un contingent remarquable de personnes, touchées par le chômage.
L’occasion pour bon nombre d’entre-elles de s’enquérir du nouveau dispositif de la CNAC “d’aide à la création d’activités de production et de service”. Les animateurs de cette journée d’information n’ont pas lésiné sur les moyens afin de sensibiliser au mieux les futurs postulants de ce dispositif de lutte contre le chômage, sur les multiples avantages qu’offre la CNAC aux personnes (âgées de 35 à 50 ans) au chômage depuis au moins six mois et inscrites à l’ANEM, conformément au décret exécutif n° 04-03 du 03/01/2004. Il était question, lors de cette journée portes ouvertes, d’expliquer aux chômeurs, les apports de ce dispositif, comment y accéder, le parcours et les étapes à suivre pour la concrétisation du projet de création d’une entreprise. Depuis le lancement en avril dernier du dispositif dans la wilaya, sur 190 dossiers déposés et après décisions du Comité de sélection et de validation (CSV), 100 ont reçu des attestations d’éligibilité, nous apprendra M. Hocine Boulaârak, directeur de la CNAC Jijel. En dépit de toutes les campagnes de sensibilisation effectuées à travers plusieurs communes, notre interlocuteur reconnaîtra le peu d’engouement, pour l’instant, pour ce dispositif d’aides aux chômeurs. Cela n’a pas empêché, pour autant, ajoutera-t-il, avec une note d’optimisme, que 24 postulants ayant bénéficié de l’attestation d’éligibilité d’introduire déjà des demandes de crédit auprès des banques. Les créneaux d’investissements s’articulent autour des secteurs de l’agriculture, de transport, du BTPH et les services, nous précisera M. Boulaârak. Sur les raisons proprement dites de la réticence des chômeurs pour ce dispositif, ce responsable avouera quand même le manque d’informations qui fait défaut, notamment dans les localités rurales, et la problématique qui se pose souvent pour un certain nombre de chômeurs quant à la question d’une inscription au préalable auprès de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM). Sur les lenteurs dans les financements des projets par les banques, M. Boulaârak nous apprendra l’installation d’un comité mixte (CNAC-banques) chargé du suivi, de l’évaluation et de la coordination du dispositif d’aide aux chômeurs âgés entre 35 et 50 ans. Son objectif “examiner les difficultés rencontrées” par les postulants.
Fouad Menia

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable