Mardi 21 Décembre 2004
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Le Soir Mobile
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

LES CERISES OUI, MAIS D’ABORD LE GATEAU !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Concurrence féroce entre opérateurs de téléphonie mobile. Mobilis baisse encore ses tarifs. Désormais, appeler sa femme ou sa copine “ma puce” sera considéré par l’intéressée comme une insulte.

R’khissa !

Le discours du chef de l’Etat adressé à la 24e session de l’Union des radios des Etats arabes et traitant en grande partie d’une redéfinition du paysage télévisuel algérien est superbe. Il n’est pas seulement superbe, il est sublime. Il n’est pas seulement sublime, il est génial ! Vision futuriste de la télé de demain. Approche résolument moderne et moderniste. Attitude offensive sur la question du pluralisme médiatique. Sens poussé du respect de l’expression différente, voire opposée. Un véritable régal, que ce texte de Abdekka. Mais il manque pourtant à cette montagne de cerises, un truc essentiel, sans lequel les cerises n’auraient aucun sens, aucun goût, le gâteau sur lequel elles doivent être posées. Toutes les intentions déclarées et affichées de révolutionner le paysage audiovisuel algérien ne valent rien si cette phrase, et seulement cette phrase n’est pas prononcée : “En vertu des pouvoirs que me confère ma fonction, en vertu des pouvoirs que me confère la Constitution et en vertu des pouvoirs que me confère le résultat plébiscite des élections présidentielles du 8 avril dernier, moi, Abdelaziz Bouteflika, décide ce jour de lever le monopole de l’Etat sur la radio et la télé.” Bien sûr que cette annonce doit s’accompagner de trains de mesures comme les cahiers des charges à respecter par les Algériens intéressés par cette nouvelle aventure dans l’audiovisuel. Mais c’est loin d’être un frein. C’est juste technique. Non ! Le gros truc, le méga-truc, c’est d’oser le pas, de la prononcer cette satanée phrase : “J’ai décidé d’ouvrir au privé la télé et la radio.” Si on ne pousse pas cette porte blindée, si on ne fait pas voler en éclats cette fortification médiévale, on pourra continuer pépère à égrener les plus beaux discours du monde et d’Afrique sur la télévision de demain, sur le futur audiovisuel de l’Algérie et sur le pluralisme de pensée, nous n’aurons fait que nous gaver de cerises alors que ce n’est même pas la saison. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3768

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site