Jeudi 30 Décembre 2004
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Le Soir Sat
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Kabylie Story
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Actualités
AZZEDINE AIT DJOUDI, ENTRAÎNEUR
“Que la Kabylie retrouve son éclat d’antan”

“Pour cette année 2004 qui touche à son terme, je pense qu’on peut en retenir plusieurs choses intéressantes à plus d’un titre, des bonnes comme des mauvaises bien sûr. Suite...


ABDELMADJID SIDI-SAID, S.G. DE L'UGTA
“Je le dis tout de suite”

“Un effort collectif doit être consenti par tous les acteurs et les forces vives du pays pour faire de 2005 un nouveau départ de l’Algérie. L’Algérie, qui a retrouvé ses lettres de noblesse sur la scène internationale et qui continue résolument à écarter le spectre du terrorisme, est amenée à relever d’autres défis. Suite...


MOHAMED MESSAOUDI, PRÉSIDENT DU MCA
“2005, l’année du renouveau”

L’année 2004 a été une année pleine de bonnes et mauvaises choses. Parmi ces dernières, il convient de citer le terrible drame vécu par l’Algérie à la suite du tremblement de terre qui a secoué Alger et sa périphérie. Cette tragédie qui hante encore tous les esprits a laissé des séquelles que seul le temps et l’espoir renaissant pourront effacer. Suite...


FAROUK KSENTINI, PRÉSIDENT DE LA CNCPPDH
“2005 doit être l’année de la réconciliation”

Après la décade de tous les dangers, de tous les crimes, tous les malheurs et toutes les épreuves, sont arrivées les années du nouveau siècle dont celle qui s’achève et celle qui va suivre. L’année écoulée est celle à l’occasion de laquelle le président de la République a été réélu démocratiquement par une majorité impressionnante des voix exprimées, celle de la paix civile retrouvée de l’Etat et de la puissance publique réhabilitées, de la mise à l’épreuve et l’exercice de la démocratie, de l’amélioration substantielle des réserves de change et de la réconciliation nationale annoncée. Suite...


HAFNAOUI BEN AMEUR GHOUL
“Une régression multiforme”

“Tout le monde sait que l’année 2004 qui s’achève s’est révélée une véritable échappe de plomb entretenue sur le peuple algérien, tant une dégradation effroyable a touché tous les aspects de la vie quotidienne : régression politique, économique, sociale, culturelle et sportive. Des observateurs l’ont intégré dans leur grille d’analyse comme une année des catastrophes naturelles et des misères. Suite...


Deux questions à Me Ali Yahia Abdennour, président de LADDH

La précarité des libertés continue de préoccuper le président de la Ligue algérienne des droits de l’homme, Me Ali Yahia Abdennour. Aux deux questions que Le Soir d’Algérie a posées à un panel de personnalités, ce dernier livre une analyse et brosse un tableau des plus sombres sur les conditions des droits de l’homme en Algérie durant l’année 2004. Le magistrat redoute une dégradation chaotique si jamais cette situation était entretenue durant l’année 2005. Suite...


2004, année antisociale

L’Algérie de 2004 a vécu au rythme des soulèvements sociaux. Tout comme l’année précédente, les syndicats autonomes ont encore donné du fil à retordre aux pouvoirs publics. SNPSSP, SNPSP, CNAPEST, CLA, et autre SNAPAP ont multiplié les actions durant les 12 derniers mois. Pacifiée par la réélection de Abdelaziz Bouteflika, dont elle a soutenu la candidature, l’UGTA a pleinement joué son rôle d’appareil au service du système. Cependant, l’irritation des syndicalistes de base s’amplifie à mesure que se précise la privatisation de 1200 entreprises nationales. Mais l’année 2004 s’est surtout caractérisée par l’éclatement de la colère citoyenne. Quelle soit spontanée ou “canalisée” par le Mouvement citoyen du Sud et son alter ego des Aurès, cette colère a démontré l’exaspération de toute une société. Suite...


SITUATION SÉCURITAIRE EN 2004
Assassinats, fausses redditions et… amnistie

L’année 2004 s’achève par un massacre perpétré à quelques encablures de la capitale, plus exactement à Khraïcia à la sortie ouest d’Alger. Et pourtant, dans sa dernière sortie médiatique, le directeur général de la Sûreté nationale avait estimé «le nombre de terroristes encore en activité entre 300 et 500”, ajoutant que «les renseignements que nous avons (...) montrent un moral délabré des terroristes en activité. Ils n'attendent qu'une occasion pour se rendre aux autorités”. Suite...


NUIT D'HORREUR A KHRAICIA (ALGER)
Quatre personnes dont deux bébés égorgés

Le quartier de Boukhris dans la commune de Khraïcia a vécu une nuit des plus horribles en se réveillant suite à des cris de voisins. L’horrible était l’information qui a fait le tour de la ville concernant l’assassinat de la famille Merrah composée de quatre membres. Suite...


Fatale pour Mohammed Benchicou et “Le Matin”

Trois faits ont particulièrement marqué le collectif et la vie du journal Le Matin au cours de l’année qui se termine. Trois dates que l’ensemble de la corporation ne devrait pas oublier : l’incarcération de Mohamed Benchicou le 14 juin, la mise sous scellés du siège du Matin le 21 juin, et la suspension du titre, le 24 juillet 2004. Le directeur et la publication qu’il dirige paient leur ligne éditoriale jugée excessive, mais aussi leur choix politique lors des élections présidentielles d’avril dernier. Suite...


BILAN DU COMITE NATIONAL DES LIBERTÉS SYNDICALES
«2004 est une année noire pour les libertés syndicales»

C’est sur fond d’exacerbation à l’atteinte des droits syndicaux que nous tenons ce point de presse pour alerter l’opinion publique et le sensibiliser sur les dangers qui guettent la société. C’est en ces termes que s’est exprimé Dr Besbas, membre du Syndicat des praticiens spécialistes de santé publique (SNPSSP) et du comité national des libertés syndicales. Suite...


Dure année pour la presse indépendante

Incarcérations, interpellations, arrestations dans les rédactions, plaintes, poursuites judiciaires, condamnations hebdomadaires pour diffamation, outrages, injures et offense au président de la République, harcèlement administratif, redressement fiscal, «descentes» des agents du fisc et des inspecteurs du travail aux sièges des journaux indépendants, suspensions de titres et retour officiel du monopole sur la publicité. Toute une artillerie déployée pour paralyser les plumes rebelles et mettre au pas les journaux récalcitrants. Tous les moyens ont été utilisés pour venir à bout d’une presse, qui, parfois, dérange, durant cette année qui s’achève, et qui a vu la réélection de Abdelaziz Bouteflika. Suite...


L’année de la politique sans éthique

L’année 2004 prolonge, débutant, une rentrée politique singulièrement agitée mais aussi inédite par bien des aspects. L’élection présidentielle qui aura lieu en avril, précisément le 8 du mois, constitue l’essentiel de l’enjeu politique. Un enjeu qui, comme jamais naguère, faisant dès janvier déjà peu cas de l’éthique… autorisait toutes les manœuvres, tous les abus. Suite...


2004 : la fin d’une époque

L’année 2004 s’achève et, avec elle, l’espoir de la consécration d’un État démocratique que la nation attend depuis la douloureuse révolte d’octobre 1988. Encore une fois donc, l’Algérie manqua l’occasion d’en finir avec la primauté du pouvoir sur l’État. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site