Le Soir Santé : APPRENEZ A CONNAÎTRE :
LA SCHIZOPHRENIE


On confond souvent la schizophrénie (prononcez “ski”) avec le dédoublement de la personnalité. Elle se caractérise par tout un ensemble de comportements pas nécessairement violents. Ces comportements quels sont-ils ?
Des troubles de la pensée
Les schizophrènes ont du mal à agencer leurs idées correctement et à les exprimer clairement. Certains se plaignent d’interruptions du cours de la pensée, d’autres assurent qu’ils sont “sur écoutes” ou “parasités”... Leurs idées deviennent incompréhensibles ou simplistes.
Des humeurs inappropriées
C’est vrai que leur comportement est pour le moins étrange. Ils peuvent manifester leur humeur de façon totalement discordante ou au contraire, exagérée. Par exemple, éclater de rire à l’enterrement de quelqu’un qu’ils aiment. Ou se lacérer soudain le visage en hurlant.
Des troubles de la perception

Sifflement, bourdonnements, bruits divers, voix chuchotées... Autant d’hallucinations auditives dont peuvent se plaindre les schizophrènes. Ils se plaignent également d’hallucinations visuelles, olfactives, gustatives et tactiles (dont des sensations sexuelles).
Des idées délirantes

Le délire est une croyance fausse que rien ne peut contredire : sentiment de persécution, de “dépersonnalisation” (le schizophrène se sent sous le contrôle d’agents externes) idées mystiques, jalousie extrême... C’est un système délirant incompréhensible à l’entourage.
Et parfois les limites sont franchies...

Il fait des manières, grimace, prend toutes sortes de poses, marche à petits pas, exécute des mouvements exagérées... Avec le schizophrène, il faut s’attendre à tout ; ce qui est excessivement perturbant pour les proches. Il peut aller et venir sans cesse, se balancer. C’est épuisant. La violence ? Certes, on peut l’observer. Mais il s’agit en général d’actes mineurs.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable