Actualités : SOUGUEUR (TIARET)
Les habitants exigent le départ du procureur


La ville de Sougueur, situé à 25 km au sud de Tiaret, a vécu depuis hier matin au rythme de manifestations avec la descente dans la rue de plusieurs centaines de citoyens pour exiger le départ immédiat et inconditionnel du procureur de la République.
Selon des sources en provenance de la région, les manifestants tout en scandant des slogans hostiles au procureur, ont organisé une marche pacifique avant de se diriger vers le siège du tribunal pour ensuite en bloquer l’accès. “Le procureur doit partir”, tonnent des citoyens coléreux. La situation aurait pu connaître des tournures graves n’étaient l’intervention du chef de daïra, le commissaire et le capitaine de la Gendarmerie nationale qui ont pu raisonner les manifestants en les invitant à une rencontre- dialogue au niveau de la maison des jeunes Maâchou- Ahmed de la ville. Les autorités civiles et militaires se sont montrées très réceptives aux doléances formulées en promettant à l’assistance qu’elles seront sérieusement étudiées. Des intervenants dans la salle n’ont pas tergiversé en reprochant au procureur d’être à l’origine de l’insécurité régnant dans la ville... en relâchant des criminels accusés pourtant de délits graves. Cette impunité profite à tous les malfrats pour imposer leur loi, indique un manifestant citant l’exemple des onze individus épinglés la semaine dernière pour vol d’un portable en arrachant un doigt à l’aide d’un sabre à son propriétaire et le kidnapping au niveau de la cité Somale d’une femme enceinte alors qu’elle était accompagnée de son mari. Le pire dans cette double affaire c’est qu’un élément de cette bande avait été relaxé par ce même procureur. Poursuivant leur dénonciation, les habitants de Sougueur qui ont payé lourd les conséquences de l’insécurité du fait des séries de vols, cambriolages, agressions et autres actes de violences, n’ont pas été sans crier à la hogra et la corruption et dont le procureur diront-ils, en est largement concerné. Cela dit, les manifestants sont restés sur leur faim en attendant l’aboutissement des promesses qui leur ont été faites car dans le cas où aucune suite n’est donnée à leurs revendications, ils intensifieront leurs actions de protestation en proférant des menaces de tout brûler et “saccager”, martèlent-ils.
M. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable