Sports : RC KOUBA
Lamali répond


Après la parution de l’article ’’Si le Raed m’était conté’’ publié dans une de nos précédentes éditions, l’ancien président du club, Mustapha Lamali, s’est rapproché de notre rédaction pour apporter des éclaircissements sur les accusations portées à son encontre, ainsi que sur la gestion du club durant son mandat. M. Lamali a, d’emblée, démenti catégoriquement les accusations faisant état qu’il a promis monts et merveilles au RC Kouba.
«Les problèmes financiers dans lesquels se débattait le club ne nous permettaient pas de viser des titres. Nous avons toujours déclaré que notre objectif était le maintien et nous avons honoré nos engagements en dépit du manque de moyens. Je défie quiconque qui réussirait à faire accéder le club en D1 et le maintenir pendant trois saisons avec les moyens dont nous disposions à l’époque». L’ancien président du RCK nie, en outre, avoir fait des pieds et des mains auprès de la DJS pour se maintenir. «J’ai été deux fois seulement durant mon mandat à la DJS. J’ai même déposé ma démission en 2003 (il nous montre la lettre de démission, ndlr) et j’ai accepté de terminer jusqu’à la fin de la saison en l’absence d’un preneur», a-t-il ajouté. M. Lamali s’est attaqué ensuite à Djenki qui, selon lui, n’est pas membre de l’assemblée générale et qu’il n’a rien à voir avec le club pour qu’il ose critiquer la gestion de l’équipe. «Mon bilan a été approuvé à la majorité absolue», dira-t-il. Pis, Mustapha Lamali estime que Djenki a voulu freiner l’élan de l’équipe en 2000/2001 alors qu’elle se dirigeait droit vers l’accession, « et non pas comme il prétendait avoir été l’homme providentiel de la situation pour sauver le club». Selon Lamali «Djenki aurait mieux fait de répondre à ceux qui lui reprochaient la mauvaise gestion de l’APC qu’il gérait au lieu de s’attarder à faire des reproches à la gestion d’un club dont il n’est même pas membre».

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable