Dimanche 27 Février 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Le Soir Santé
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Périscoop
Ouyahia au secours de Berraf

Le président du Comité olympique algérien (COA),M. Berraf, candidat à sa propre succession, semble de plus en plus inquiet de la candidature de Sid Ali Lebib qui est désormais officielle. Pour convaincre les présidents des fédérations sportives, Berraf use de son statut de député RND et affirme, selon des indiscrétions,qu’il a le soutien du chef du gouvernement, M. Ahmed Ouyahia. Dans les milieux du mouvement sportif national, on estime que l’élection, jeudi prochain, du président du COA reste vraiment ouverte. Suite...


Belaïz chez les députés

C’est aujourd’hui, dimanche, que le ministre de la Justice, Tayeb Belaïz, sera l’invité de la commission juridique de l’APN. Belaïz présentera à l’occasion les avant-projets de loi portant code civil et celui relatif à l’organisation judiciaire. Suite...


SAIDANI RAPPROCHE SES COLLABORATEURS

Amar Saïdani a ordonné de rapprocher les bureaux de ses principaux collaborateurs que sont son chef de cabinet, son secrétaire général et le service presse, de son propre bureau. Hier, samedi, ces derniers ont d’ailleurs emménagé dans leurs nouveaux locaux flambant neufs. Suite...


ENTRE “WALI” ET “TUTEUR”

Pour ceux qui ont eu à lire la traduction française du projet d’amendement du code de la famille, adopté la semaine dernière en Conseil des ministres, le tutorat a totalement disparu de la législation algérienne. En fait, il semble que c’est le chef de l’Etat en personne qui aurait instruit ses services afin que la notion de “wali” contenue dans la version arabe soit reproduite telle quelle dans la traduction française du texte, rapportent des sources dignes de foi. Suite...


LA NOTE DU RECTEUR

Dans les milieux intellectuels de Sidi-Bel- Abbès, on n’en revient pas. Le recteur de l’université de cette ville vient de prendre une décision rappelant étrangement les taliban d’Afghanistan. Notre recteur, le professeur Tou, frère de l’actuel ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, vient de signer une note stipulant que, désormais, seules des médecins femmes seront affectées aux cités universitaires de jeunes filles et que les étudiants mâles ne seront auscultés que par des médecins hommes. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site