Mardi 29 Mars 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Périscoop
“Souriez, vous êtes filmés”

Les justiciables ont remarqué l’installation de caméras de surveillance à l’intérieur des salles d’audience de la cour de Sétif. Un état de fait qui, selon des juristes, constitue une violation de la loi90/7 datée du 3 avril 1990 relative à l’information. L’article 94 de cette loi interdit l’installation de tout appareil d’enregistrement ou de diffusion sonore, de caméras ou d’appareils photo sauf sur autorisation de la juridiction compétente. Les magistrats responsables dans cette cour ne doivent pourtant pas ignorer la loi et la réglementation publiée dans le Journal officiel n°24. Suite...


Un recteur bien pointilleux

M. Hadjar, recteur de l’université d’Alger,n’a pas lésiné sur les efforts en organisant la cérémonie d’attribution d’un doctorat honorifique au dirigeant libyen Maâmar Kadhafi. M.Hadjar s’est reconverti en technicien de la sonorisation pour s’assurer du bon fonctionnement des micros et de leur installation. Il avait même demandé à l’assistance d’éteindre les portables oubliant qu’il n’y avait pas de champ à l’intérieur de la salle du Palais des Nations. Suite...


LE SOUCI DE L'"ESTHÉTIQUE"

Le chargé de la communication du ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques n’avait, hier, qu’un seul souci : que les caméras de l’ENTV puissent donner l’impression que la salle qui abritait la conférence de presse de Mimoun était archicomble. Pour ce faire, il n’a pas hésité à déplacer à plusieurs reprises les personnes présentes dans la salle. Notre “communicateur” était tellement absorbé par sa “mission” qu’il en a oublié le souci de la ponctualité. La rencontre a en effet commencé avec pas moins de 45 minutes Suite...


QUAND BOUTEFLIKA MET LE HOLA

Depuis que Kadhafi a foulé le sol algérien, il y a une semaine, les incidents entre ses gardes du corps et les journalistes ainsi que les photographes chargés de la couverture de ses activités n’ont pas cessé. A tel point que, samedi au Palais des Nations, il a fallu une intervention ferme de Bouteflika pour mettre fin au “tabassage” en règle des photographes de presse par la garde rapprochée du “guide libyen”. “Laissez-les !” a dû crier le chef de l’Etat aux gardes du corps libyens qui “se défoulaient” sur nos inoffensifs confrères... Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site