Actualités : MEETING DES AROUCH ANTIDIALOGUISTES A AKBOU
“C’est une insulte à la mémoire de Matoub”


C’est une foule nombreuse qui a assisté hier matin au meeting des animateurs de l’aile non dialoguiste des arouch à la place de la mairie d’Akbou. Tour à tour, les intervenants ont insisté sur la nécessité de l’unification des rangs du mouvement pour faire aboutir le combat pour lequel les enfants de la région se sont sacrifiés.
L’ensemble des délégués, qui se sont succédé à la tribune, ont unanimement aussi appelé les citoyens à rejoindre “massivement” la marche de la “dignité” programmée pour demain mercredi au cheflieu de la wilaya de Béjaïa dans le cadre de la célébration du 25e anniversaire du Printemps berbère. Sofiane Adjlane, puis son camarade Zahir Benkhellat de la coordination d’Akbou, furent les premiers à prendre la parole pour tirer à boulets rouges sur “Abrika et ses camarades engagés avec Ouyahia dans une entreprise de sape, visant à normaliser la Kabylie dans la perspective du projet d’amnistie générale de Bouteflika”, soutient-on. Les autres délégués présents au meeting n’ont pas manqué d’exprimer leur vive indignation en apprenant la nouvelle du déplacement d’Ouyahia à Béni Douala pour se recueillir sur la tombe de Guermah Massinissa, premier martyr des douloureux évènements du Printemps noir. “C’est le bourreau qui s’incline devant la mémoire de sa victime”, dira à ce sujet, Makhlouf Demiche de Bouira, qui rappellera à l’occasion comme son ami Meziane Chabane, les positions d’Ouyahia durant les évènements alors qu’il était ministre de la Justice. Temime et Hachi Mohand, délégués de la CADC, connus sous le nom de Dda Moh et Rabah Boucetta de Boumerdès considèrent pour leur part, “qu’accepter de recevoir Ouyahia à Béni Douala est une insulte à la mémoire de Matoub qui l’avait historiquement disqualifié à vie (faisant référence à la célèbre chanson dans laquelle il le qualifiait d’orphelin du verbe)”. D’autres délégués, à l’image de Ali Gherbi, qui clôtura le meeting, n’hésitent pas à parler de “provocation” d’Ouyahia. Par ailleurs, plusieurs dizaines de personnes ont improvisé une marche à la fin du rassemblement vers la stèle érigée en hommage aux six martyrs de la localité où fut déposée une gerbe de fleurs. Les manifestants se sont ensuite dispersés dans le calme, après avoir observé une minute de silence à la mémoire de tous les martyrs du Printemps noir.
A. Kersani

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable