Actualités : SAID SADI A TIZI-OUZOU
“L’amnésie de la Kabylie prépare l’amnistie en Algérie”


La venue de Saïd Sadi à Tizi-Ouzou à l’invitation de la Coordination locale des étudiants (CLE) de l’université de Tizi- Ouzou où il a animé une conférence-débat, à l’occasion de la commémoration du 25e anniversaire du Printemps berbère a coïncidé avec la visite spectaculaire du chef du gouvernement à Beni-Douala pour un recueillement à la mémoire de la première victime du Printemps noir.
Pour le président du RCD, cette visite comme d’autres initiatives menées en direction de la Kabylie, participe de la même “stratégie d’agression de cette région”. Saïd Sadi, qui s’est rarement exprimé en public depuis les élections présidentielles, a saisi l’occasion de la commémoration de l’an 25 du Printemps berbère pour livrer une analyse très sévère sur, essentiellement, l’actualité politique en Kabylie. La célébration attendue pour demain de la date historique du 20 Avril prend une signification particulière pour celui qui a été l’un des acteurs des évènements d’avril 1980. Il a rendu un hommage appuyé a tous les acteurs et les militants qui ont façonné ces événements, saluant au passage leur “probité morale et leur militantisme en exemplaire que le pouvoir insulte aujourd’hui”. Une petite phrase à travers laquelle Sadi veut stigmatiser la stratégie de pollution de la Kabylie par la corruption et le brouillage des repères qui ont façonné la mémoire de cette région. Selon lui, après les crimes de sang, une méthode de sape institutionnelle est mise en œuvre pour casser la résistance démocratique symbolisée par la Kabylie. “A chaque fois que la Kabylie est agressée, c’est l’Algérie qui régresse”, souligne le docteur Sadi qui a brocardé le pouvoir actuel qui s’est singularisé dans “l’agression, la planification du pire contre cette région” dont l’objectif est de l’affaiblir et de “l’humilier par la corruption et par le choix d’acteurs politiques marginaux”. La visite d’Ouyahia, “une insulte pour le martyr de la région”, s’inscrit, selon le président du RCD, dans la même démarche tactique qui fait le lit de l’amnésie en Kabylie pour mieux préparer l’amnistie en Algérie. L’invité des syndicalistes étudiants de l’UTO a, enfin appelé les cadres et militants politiques démocratiques et les universitaires à se résaisir et à redéfinir des cadres et des objectifs de combat.
S. A. M.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable