Régions Centre : BRÈVES DE BOUMERDES
Trois cambrioleurs arrêtés grâce à la vigilance des citoyens


Les policiers de la deuxième sûreté urbaine de la ville de Boumerdès ont mis fin, grâce à la vigilance citoyenne, aux agissements d’une bande de malfaiteurs qui cambriolait des habitations dans les communes de Bab-Ezzouar, Rouiba et Boumerdès-ville. En effet, le 7 de ce mois, vers 16 h, deux éléments de cette bande — R. H., 23 ans, plombier, et N. M., 19 ans, chômeur, originaires de la ville de Réghaïa (wilaya d’Alger) —, croyant que l’appartement ciblé à la cité des 350-Logements de Boumerdès-ville, était inoccupé, ont essayé de forcer la porte.

Le propriétaire a vite réagi en appelant à l’aide ses voisins qui n’avaient pas hésité à accourir tout en ceinturant la maison. Les policiers qui sont intervenus immédiatement ont procédé à l’arrestation des deux bandits. Chez ces visiteurs malintentionnés, les policiers ont découvert un véritable arsenal de parfaits casseurs : clé à griffes pour forcer les serrures des portes blindées, clés à molette, tourne-vis... La technique des voleurs consiste à repérer les habitations qui seraient inoccupées momentanément, pour agir en forçant à l’aide de leur matériel même les portes blindées, pour dérober tout ce qui peut l’être, notamment l’argent, les bijoux, petits appareils électroménagers... “Tout ce qui est à vendre dans la rue n’échappe pas à leur cupidité”, nous dit le commissaire Djamel. Lors de l’interrogatoire des policiers, les cambrioleurs ont divulgué le nom du troisième complice, N. N., chômeur demeurant à Corso (wilaya de Boumerdès). Les voleurs sont passés ensuite aux aveux pour reconnaître sept vols par effraction d’appartements commis dans les trois localités suscitées. A l’issue de l’enquête des policiers, les trois criminels ont été présentés au procureur de la République de la ville de Boumerdès qui les a inculpés pour constitution de bande de malfaiteurs et vol par effraction. Ils ont été placés sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt d’El-Harrach. Le commissaire de la deuxième sûreté urbaine de Boumerdès se montre très satisfait de ce résultat obtenu, selon lui, grâce au travail collectif. “Il est aussi la résultante d’un travail de proximité entamé par nos unités envers les citoyens en vue de rétablir durablement la confiance entre les forces de l’ordre et la population”, dit-il non sans ravissement.

Les routes de Taourga impraticables
Les citoyens de la ville de Taourga et des villages environnants vivent depuis les dernières chutes de neige un calvaire au quotidien que ce soit pour se déplacer à l’intérieur de leur commune, que pour se rendre au chef-lieu de la daïra de Baghlia “où ils effectuent l’essentiel de leurs approvisionnements, des démarches administratives ou bien pour rejoindre tout simplement leur poste de travail”, nous dit M. Attouchi, le P/APC. En effet, pour regagner cette dernière ville, distante de 11 kilomètres, les automobilistes et les fourgons font un détour dangereux en cette période d’insécurité à cause d’un glissement de terrain sur le CW52, qui tarde à être réparé par une entreprise pas très performante, nous dit-on. Par ailleurs, l’utilisation des gros engins pour chasser la neige et désenclaver cette commune montagneuse et sans ressources a, certes, permis de secourir, en son temps, les familles mais avait détérioré les chemins communaux, notamment ceux menant vers les villages de Mazar, Imekhlef, Aït-Attar qui ont été rendus par cette altération difficilement carrossables. L’APC a présenté cinq fiches techniques au wali de Boumerdès en vue de leur prise en charge dans le cadre des PCD ; Cependant, les citoyens se montrent, à juste titre, impatients.

L’UGCAA fait le ménage
Les membres du bureau local de l’Union générale des commerçants et artisans ont fait le ménage dans l’instance de la wilaya de Boumerdès. En effet, à l’issue de leur réunion sanctionnée par un PV dont Le Soir détient une copie, ces responsables ont installé, dans l’attente d’un congrès national de cette organisation, un nouveau coordinateur de leur wilaya. De ce fait, l’ancien numéro un de l’UGCAA de Boumerdès est évincé. Les membres du bureau de la wilaya lui reprochent plusieurs griefs, notamment le fait qu’il réside hors de la wilaya, qu’il ne soit pas recensé sur le registre du commerce de la région et son monopole sur cette instance régionale depuis 1996 sans qu’il eut été élu à l’époque. De plus, s’agissant de l’affectation des autorisations de construction de locaux commerciaux aux sinistrés, cette répartition soulève des interrogations pour avoir été réalisée dans l’opacité qui soulève, selon nos vis-à-vis, bien des supputations.

 

Le diabète type 2 en débat
L’Association de formation médicale continue et de promotion de la santé de la daïra de Bordj-Menaïel a organisé à l’intention des médecins de la wilaya une journée d’étude sur les maladies chroniques. Le thème de cette session a été intitulée : “Le diabète de type 2. La glycémie post-prandiale, risques cardiovasculaires”. Très important pour une prise en charge efficiente des malades, le sujet a été traité par le docteur Aouali Rabah et la représentante du laboratoire Novo, le docteur Louni Radia. “L’évolution des maladies et des technologies en matière de soins nécessitent une mise à jour constante des connaissances”, nous a déclaré le docteur Tafat, président de cette association organisatrice de cette rencontre. De même que cette association, qui ne cache pas l’ambition de s’implanter au niveau de toute la wilaya, a préparé, en 2004, une vingtaine de minicolloques de formation continue à l’intention des praticiens de la région. Dans le sillage de ce conclave scientifique, il a été annoncé la naissance de l’association des médecins de la ville de Dellys.
Abachi L.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable