Mercredi 01 Juin 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Le Soir Retraite
COURRIER DES LECTEURS
Majoration de pension pour un retraité algérien de France

Je suis titulaire d'une retraite complémentaire auprès du groupe Arrco AG2R Chartes 28931 Chartes CEDEX 9. Le 2 octobre 2004, cette caisse m'a demandé des certificats de scolarité pour pouvoir bénéficier de la majoration de pension du fait d’enfants. J’ai répondu le 23 octobre 2004 par lettre accompagnée des pièces demandées. A ce jour je n'ai pas encore perçu la dite majoration qui est suspendue depuis octobre 2004, et ce, malgré plusieurs rappels. Je vous demande de bien vouloir me renseigner dans la mesure du possible en m'indiquant l'adresse de l'administration de tutelle de ladite caisse. Merci d'avance. Suite...


POINT DE VUE
Quelques vérités sociales
Le Monde du 28.05.05

Le référendum se décidera autour des questions sociales. Pourtant, le social a donné lieu, dans la campagne, à nombre de contrevérités ou de "vérités cachées”, les partisans du oui comme du non revendiquant la “légitimité sociale” de leur vote. Il est d'autant plus difficile de s'y retrouver que l'opposition à la Constitution est liée à l'élargissement de l'Union, réalisé il y a un an. Lequel, contrairement à la Constitution, n'a jamais donné lieu à un débat public ni à un référendum. Suite...


LA FRANCE “D’EN BAS” REJETTE MASSIVEMENT LE TRAITE DE CONSTITUTION
L'Europe de l'insécurité sociale clouée au pilori

La France d’ “en haut”, celle du pouvoir, des technocrates et des milieux d’affaires est sous le choc depuis dimanche soir, 29 mai 2005. Les sondages durant toute la campagne pour le référendum sur le Traité Constitutionnel européen, qui vient de se dérouler, ont été confirmés par les urnes et même bien au-delà : 55% de non ! Les salariés et les 3 millions de chômeurs, appuyés par les syndicats et leurs associations, se sont fortement mobilisés pour exprimer leur rejet de l’ultralibéralisme, leur colère et leur sanction d’une classe politique méprisante et arrogante à leur égard. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site