Le Soir Santé : APPRENEZ A CONNAÎTRE : «La tourista»

Également appelée “maladie des mains sales” ou “diarrhée du voyageur ou, plus poétiquement encore, “danse aztèque”, “complainte de l’été”, “ventre égyptien”, “toilette de Hong Kong”, “galop grec” ou “course du touriste”, la tourista est une diarrhée infecieuse contractée par les intestins délicats des Occidentaux, surtout lorsqu’ils voyagent au contact des populations locales ou qu’ils ont tout simplement déjà souffert de pathologies digestives.
Bien que la seule modification des habitudes alimentaires soit parfois suffisante pour déclencher ces perturbations intestinales, la tourista ne se contracte généralement pas dans tous les pays. L’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie du sud-est sont des destinations “à risques”. La tourista se reconnaît à certains symptômes spécifiques tels que malaises, douleurs diverses et notamment abdominales, fièvres, fatigue, frissons, anorexie, nausées, vomissements et bien sûr dysenterie souvent accompagnées de selles glaireuses et/ou sanglantes. Le germe le plus fréquemment responsable de cette affection désagréable mais le plus souvent sans grande gravité, est Escherichia coli. Mais d’autres microbes et même quelquefois certains virus peuvent également la provoquer. Il arrive même que l’analyse ne révèle aucun germe particulier et que la cause de la tourista puisse alors être attribuée à la simple rupture des habitudes alimentaires, voire à des troubles psychologiques.
* Les précautions hygiéniques

Les conseils que l’on donne pour éviter la tourista sont légion, à tel point qu’ils apparaîtraient finalement contraignants au point de gâcher les vacances si on les prenait tous en considération. Il convient naturellement avant tout de surveiller son alimentation en évitant rigoureusement les crudités régionales, en pelant soigneusement tous les fruits, en cuisant longuement les aliments et surtout la viande, en ne buvant que des boissons encapsulées ou bouillies, mais surtout en se lavant systématiquement les mains avant de manger ou de sortir des toilettes. Certains aliments sont tout particulièrement redoutables, comme la viande hachée, les œufs insuffisamment cuits ou les sauces à base d’œufs, les crèmes glacées, les poissons et crustacés, les glaçons et le lait. Enfin, quelques autres comportements touristiques sont à éviter, comme de se baigner n’importe où ou de rester trop longuement exposé à la chaleur.
* La prévention naturopathique

La formule préventive la plus connue, en matière de tourista, est pleine de bon sens et mérite d’être rappelée : “bouillir, cuire, peler ou s’en passer”. Au-delà, quelques notions de naturopathie s’avéreront utiles, et tout d’abord la nécessité de boire beaucoup, c’est-à-dire entre deux et trois litres d’eau en bouteille par jour, éventuellement additionnée de quelques gouttes d’huile essentielle de citron. Il est aussi recommandé de se laver les dents avec de l’eau en bouteille. Bien sûr, boire de temps à autre un bon thé vert confectionné avec une eau soigneusement bouillie n’aurait rien d’interdit, mais on évitera malgré tous les spécialités locales comme les cafés au lait ou tisanes insuffisamment bouillies. Rien n’interdit, non plus, d’emporter de l’argile et du charbon végétal, dont on fera une cure à raison d’une cuillère à café d’argile dans un verre d’eau le matin, et d’une cuillère à soupe de charbon le soir au coucher.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable