Lundi 20 Juin 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Corruptions
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Périscoop
Un chauffeur bien coléreux

Cela s’est passé récemment à bord d’un bus de l’Etusa assurant la liaison entre Chevalley et la place des Martyrs. Le chauffeur du bus, ayant eu maille à partir avec l’un des passagers, n’a pas trouvé mieux que de freiner de manière brusque au milieu de la chaussée et de courir derrière le passager qui avait pris ses jambes à son cou. Inutile de dire que,même excédés par ce comportement, les autres passagers ont préféré se taire afin de ne pas s’attirer les foudres de notre coléreux chauffeur. Suite...


Le choix était-il judicieux ?

Le ministre des Finances vient d’être interpellé par un député à propos du choix de l’entreprise française chargée de la mise en place du projet interbancaire de payement électronique. A en croire l’auteur de l’interpellation, la société retenue par les autorités algériennes est mondialement connue pour ses échecs répétés dans plusieurs pays où la même mission lui avait été confiée, notamment au Maroc, en Iran et en Afrique de l’Ouest. Suite...


TIRS GROUPÉS

Tirs groupés sur l’ex-président de la Commission nationale de l’amnistie générale (Cnag), désormais dans le collimateur des membres de la commission temporaire. Réunis jeudi dernier, les coordinateurs de 48 wilayas du Cnag exigent de Abderrazak Ismaïl un bilan moral et financier de sa gestion de la commission. Tout en se démarquant de l’ex-président de la commission, plusieurs membres lui font endosser toute la responsabilité de l’échec de la Cnag. On achève bien les chevaux ! Suite...


QUAND TOU FAIT FAUX BOND

Le nouveau ministre de la Santé s’est, encore une fois, fait remarquer par son absence à des assises directement liées à son secteur. Cette fois, c’est à l’Unop (Union nationale des opérateurs en pharmacie) que Amar Tou a fait faux bond. Des absences que les habitués des couloirs du ministère de la Santé attribuent à l’ignorance, par le successeur de Mourad Redjimi, de dossiers “techniques” liés à son secteur. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site