Panorama : Adidas prend Reebok dans son panier

Le groupe allemand aux trois bandes a annoncé hier avoir pour objectif le rachat de son concurrent américain Reebok, dans le cadre d'une opération à 3,1 milliards d'euros qui lui permettra de mieux défier le numéro un mondial des articles de sport, l'américain Nike, sur le très disputé marché nord-américain.
Numéro deux mondial, Adidas va lancer une offre publique d'achat sur la totalité du capital de Reebok pour 59 dollars par action, un prix qui représente une prime de 34% par rapport au cours de clôture du groupe américain mardi. Le rachat du numéro trois mondial permettra à Adidas de plus que doubler ses ventes en Amérique du Nord et de se renforcer dans le basket et la mode sportswear. Les points forts du groupe allemand sont actuellement l'Europe et l'Asie et, au niveau des sports, le football, place forte de la marque depuis des années. L'opération, qu'Adidas espère boucler au premier semestre 2006, doit encore obtenir l'aval des actionnaires de Reebok et des autorités antitrust. Avec un chiffre d'affaires cumulé de quelque neuf milliards d'euros en 2004, le futur groupe se rapprocherait du géant Nike qui a réalisé un chiffre d'affaires de 13,7 milliards de dollars lors de son exercice 2004/2005. «Ensemble, nous allons étendre notre portée géographique, notamment en Amérique du Nord, et créer une offre de chaussures et d'équipements de sports qui s'adressera à un éventail plus large de consommateurs», a commenté le président du directoire d'Adidas, Herbert Hainer. La Bourse de Francfort a initialement mal réagi à la perspective de ce coûteux rachat pour le groupe allemand. Le titre Adidas perdait 4% à l'ouverture, mais il s'est ensuite largement repris et affichait une hausse de 2,70% en fin de matinée. Les résultats annoncés ce jour même par Adidas sont excellents avec une hausse de 33% de son bénéfice net au deuxième trimestre, à 94 millions d'euros après ajustement de la vente de la marque Salomon au finlandais Amer Sports. Le chiffre d'affaires n'a quant à lui progressé que de 8,2% à 1,516 milliard d'euros. Le consensus des analystes s'établissait autour d'un bénéfice net de 86 millions d'euros et d'un chiffre d'affaires de 1,49 milliard, ce qui signifie qu'Adidas a dépassé leurs attentes. L'acquisition de Reebok aura un effet positif sur le bénéfice par action dès la première année pleine, précise- t-on chez Adidas où l'on table en outre sur des réductions de coûts de l'ordre de 125 millions d'euros par an d'ici la troisième année suivant l'acquisition. Puma, le frère ennemi d'Adidas en Allemagne, avait la semaine dernière dévoilé un plan d'expansion prévoyant des acquisitions ciblées et la conquête de nouveaux marchés. La panthère s'est apparemment fait doubler.



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2005/08/04/article.php?sid=26479&cid=8