Actualités : OPÉRATION COUP-DE-POING A LA NOUVELLE VILLE DE CONSTANTINE
130 arrestations en 4 heures


Moins d’une semaine après le chef-lieu de la daïra d’El Khroub, la ville nouvelle Ali-Mendjli a été le théâtre ce lundi d’une vaste opération coup-de-point menée par les forces de l’ordre combinées de la Gendarmerie nationale et de la Sûreté nationale.
Les résultats probants de la première opération qui s’était soldée par pas moins de 65 arrestations en moins de trois heures ont ainsi suscité davantage de mobilisation et de sérénité parmi les agents des deux corps d’autant plus que dans le Tout- Constantine l’on s’attendait impatient à une réaction énergique des autorités face aux fléaux qui empoisonnent la vie des habitants de la Nouvelle Ville et la terreur qui y règne. C’est en effet une réputation de cité coupe-gorge que tient la nouvelle ville Ali-Mendjli qui compte plus de 86 000 habitants et se caractérise notamment par une concentration du banditisme de toutes espèces. A l’origine, le transfert des habitants des quartiers chauds de l’ancienne ville ne s’était pas effectué selon des critères sociologiques adéquats et par conséquent, la frange des délinquants a hérité d’un terrain propice même à l’expansion des activités préjudiciables au bien-être des paisibles citoyens et à l’installation d’un climat de psychose inégal. Témoignage d’une vielle dame abordant des agents de l’ordre en pleine intervention lors de cette descente : “Dieu vous bénisse mes fils. Il était temps que vous agissiez pour nous débarrasser de cette vermine qui nous empoisonne la vie. De ma mémoire de vieille de 80 ans, je n’ai jamais connu autant d’horreur que celle qui prévaut dans cette nouvelle ville. Nous sommes tenus à nous enfermer à double tour et à sceller nos fenêtres par ces temps de canicule pour nous prémunir des sévices de ces voyous. Nous avons vraiment le sentiment de vivre sous l’occupation d’un ennemi qui ne craint rien.” Et de témoignage de soulagement et de reconnaissance, il n’est plus significatif que ces images de pères de famille insistant auprès de leurs bouts de choux afin qu’ils saluent les agents qui ratissaient leurs quartiers. Cette opération coupde- poing qui a requis la mobilisation de 234 agents entre gendarmes et policiers a été dirigée à partir du siège de la brigade de la Gendarmerie nationale de Ali-Mendjli. Elle s’agit d’abord d’un d’“assainissement” comme l’a qualifié un cadre de la sûreté urbaine. Dès leur entrée en action à partir de 16h30, les groupes d’intervention constitués de plus d’une vingtaine d’éléments des deux corps, ont rapidement occupé les axes névralgiques de toute la ville. Les premières arrestations sont annoncées aussitôt puisqu’à peine dix minutes passées les sujets appréhendés pour différents délits sont acheminés soit au siège du groupement de la Gendarmerie soit à la sûreté urbaine. A ce niveau, des examens de situation approfondis sont effectués sur les personnes arrêtées et des notices de renseignements sont transmises instantanément au service de recherches et fichiers au niveau de la Sûreté de wilaya dans le but de filtrer les détenus et déterminer s’ils sont des primaires ou des récidivistes. Tous seront convoqués par la suite pour un interrogatoire afin de finaliser les procès-verbaux. Sur la base de ce filtrage, le procureur de la République territorialement compétent se prononcera sur la remise en liberté ou l’arrestation effective de ces sujets. “La décision dépendra de la nature et de l’envergure du délit commis”, dira le chargé de communication de la Sûreté de wilaya. L’arme nouvelle dont s’est dotée la DGSN, à savoir un pistolet à décharges électriques à même d’immobiliser pendant quelques secondes les suspects manifestant des résistances et des violences au moment de leur interpellation a été utilisée à deux reprises lors de cette intervention et a permis la neutralisation de deux individus qui se sont avérés être des repris de justice activement recherchés par les services de police. L’opération qui s’est achevée à 20h30 s’est soldée par pas moins de 130 arrestations, 25 poursuites judiciaires seront engagées dont 16 pour port d’armes prohibées, 5 pour détention et consommation de stupéfiants, 3 pour détention de bombes lacrymogènes et enfin une poursuite judiciaire pour vente et consommation de boissons alcoolisées sur voie publique. Par ailleurs, le contrôle de 25 véhicules n’a relevé aucune violation alors qu’il a été également question de saisie de 140 canettes de bière et 16 bouteilles de vin rouge. Les habitants de la nouvelle ville ont respiré une bonne bouffée d’oxygène et n’ont pas dissimulé leur soulagement quant aux bienfaits de cette première opération dans un “territoire” ô combien menacé par ces délinquants qui n’épargnent personne. “Nous souhaiterons voir plus souvent les membres de la gendarmerie et de la police comme nous avons eu le plaisir de les voir aujourd’hui. Nous nous sentirons plus en sécurité et nous pouvons enfin vivre en paix car nous avons vraiment assez de ces voyous”, dira toute confuse une dame de la ville. Pour sa part, le chef de service de la police judiciaire à la Sûreté de wilaya, M. Mekhalfia, rappellera : “Nous comptant multiplier et généraliser ce genre d’opérations au vu des résultats obtenus et nous tâcherons chaque fois de tirer profit de toutes les expériences afin d’aboutir à de meilleurs résultats. Preuve en est, nous venons d’enregistrer le résultat deux fois meilleurs que celui de la fois précédente.”
Latifa T.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable