Régions Est : MILA
Des infrastructures rayonnantes !


Wilaya extrêmement sous-équipée et fortement démunie, Mila se hisse petit à petit au rang des autres wilayas et commence doucement, mais sûrement, à sortir de cette ornière qui a fortement pénalisé les 700 000 âmes qui y vivent, deux décennies durant.
En effet, beaucoup d’infrastructures aussi importantes les unes que les autres sont en réalisation ou en voie d’être lancées. En plus de celles du secteur de la culture qui consiste en la réalisation à Mila-ville d’une Maison de la culture, un chef-d’œuvre du genre qui sera réceptionné au courant de cette année, et également trois centres culturels en phase de finition à Chelghoum-Laïd, Grarem et Rouached, treize bibliothèques municipales de différentes importances à Oued-Endja, Telaghma, Tadjenanet, Zeghaïa, Ahmed-Rachedi, Aïn- Melouk, Amira-Arrès, Sidi- Merouane, Sidi-Khelifa, Bouselah, Oued-Seguen, Benyahia-Abderrahmane et Ouled-Khelouf. En plus de ces infrastructures relevant donc du secteur de la culture, celui de la jeunesse et des sports propose également un plateau de choix à la population de la wilaya, à l’image de cette formidable réalisation, de classe internationale, qui est l’auberge de jeunes, réalisée en un délai très appréciable de 20 mois, dans l’enceinte même du complexe sportif de Mila, à proximité de la salle OMS, de la piscine semi-olympique et du stade de football, Belaïd-Belkacem, infrastructure qui dispose de 12 grandes chambres de 4 lits (extensibles), d’un appartement de haut standing pour VIP, d’un restaurant + cafétéria, d’une salle de réunion et de périodiques avec équipement informatique (Internet), de deux grandes terrasses, d’accès pour handicapés et bien sûr d’un bloc administratif, un espace vert bien entretenu et un équipement ultramoderne. Inauguré le 5 juillet dernier, fête de l’Indépendance et de la Jeunesse, cette belle bâtisse représente, en somme, un acquis extraordinaire pour une villa qui en a grandement besoin. Ajoutons à cela la réalisation dans le programme complémentaire 2004 des deux salles omnisports à Mila et Chelghoum-Laïd, d’une capacité de 1 000 places chacune, trois autres de 500 places à Ferdjioua, Tadjenanet et Oued-Athmania. Cinq complexes sportifs de proximité (CSP), à Ahmed-Rachedi, Beinen, Bouhatem, Aïn-Beïda Harriche et Sidi-Merouane. Trois piscines sont prévues à Chelghoum-Laïd, Teleghma et Tadjenanet, en plus de celle, déjà fonctionnelle de Mila. Deux autres auberges de jeunes, à l’image de celle de Mila, vont être réalisées à Chelghoum-Laïd et Ferdjioua et un camp de jeunes sur les hauteurs de Mila, sur une superficie de deux hectares. Quant aux maisons de jeunes, trois sont retenues dans le programme 2005, un de type 1 à Mila (probablement à Sennaoua) et deux de type B à Zeghaïa et Tiberguent. Le football s’est taillé une part importante dans cet ambitieux programme, comme par exemple, l’extension des gradins du stade de Chelghoum-Laïd qui aura une capacité de 15 000 places, avec couverture d’une bonne partie de la tribune. L’aménagement des stades de Téleghma, Tadjenanet et Grarem avec pose de pelouse synthétique. L’achèvement de la réalisation des gradins du stade Belaïd de Mila et la réalisation d’un nouveau stade à Amira-Arres. Même la pétanque, une discipline bien prisée à Mila, n’a pas été en reste puisque la réalisation de 17 stades va être incessamment lancée un peu partout à travers la wilaya. Ce programme du secteur de la jeunesse et des sports sera ponctué par la construction du siège de la DJS de wilaya. Ces deux secteurs sont en train de redorer le blason d’une wilaya qui a été tenue en marge du progrès et de la modernité malgré les innombrables atouts dont elle dispose. Mila, aujourd’hui, c’est également le barrage de Béni-Haroun, un fleuron de l’hydraulique algérienne avec son milliard de mètres cubes (le plus grand système national de mobilisation et de transfert hydraulique, incontestablement d’une importance vitale pour au moins six wilayas de l’Est). C’est aussi les deux viaducs réalisés récemment, l’un sur oued-Rhummel (Mila- Grarem) d’une longueur de 945 m. Conçu en tablier en encorbellements successifs et l’autre sur l’oued Dib à proximité de la digue du barrage, sur la route express Jijel- Constantine d’une longueur de 602 m. Cet ouvrage représente le premier pont à Haubans, construit en Algérie et l’un des six plus grands dans le monde.
A. M’haïmoud

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable