Régions Est : CONSTANTINE/ÉDUCATION
Le projet de l’établissement au menu d’un colloque régional des wilayas de l’Est


Le lycée Fadila-Saâdane de Constantine a abrité, ce mardi, un colloque régional portant sur le projet de l’établissement, un des projets inscrits dans le programme des réformes relatives au système éducatif et qui devait être opérationnel depuis 1995. Dans son intervention, le directeur de la formation, de l’orientation et de la communication auprès de la tutelle a tracé un plan de déroulement explicite à l’égard des 15 représentants de l’éducation pour l’ensemble des wilayas de l’Est.

Un plan rationnel visant tout particulièrement à l’amélioration des résultats scolaires et ce, en partant du principe élémentaire qu’est la continuité et comptant sur la volonté pour un meilleur aboutissement. Le projet de l’établissement est donc une nouvelle technique basée sur une stratégie que trace chaque établissement suivant les objectifs nationaux et textes législatifs ainsi que les spécificités géographiques de chaque région. Une nouvelle technique où l’élève demeure la pierre angulaire. Le proviseur actuel du lycée El-Houria, un des précurseurs de ce projet au niveau de la wilaya de Constantine, a donné un constat en matière de chiffres afin de mettre en évidence l’efficacité de cette nouvelle technique et de son application. En effet, les résultats enregistrés au niveau du lycée Soumia en sont le bon exemple où les taux de réussite au baccalauréat durant les trois années, à savoir 2002-2003 et 2004 s’élève respectivement à 19,64%, 42,11% et enfin 89,09% plaçant ce lycée en première position au niveau de la wilaya au terme de l’année scolaire 2003/2004. “Le projet de l’établissement est très important, il est motivé par une volonté et un désir de changement”, commentera dans la foulée l’ex-proviseur du lycée Soumia ; qui ajoutera plus loin : “Le but de ce projet n’est pas uniquement la réussite mais également le développement des capacités intellectuelles de l’élève afin d’aboutir à un résultat positif naturel.” Faisant allusion à l’enveloppe budgétaire ministérielle de 244 milliards de dinars octroyée au secteur de l’éducation, le représentant du ministère espère que ce sera encourageant pour acquérir les moyens humains et matériels afin d’atteindre les objectifs assignés pour ce projet de l’établissement dont sont concernés pas moins de 8 millions d’élèves inscrits au niveau national, lesquels sont encadrés par près de 500 000 fonctionnaires. Latifa T.

Un tramway pour El-Tarf

L’expansion urbanistique et l’explosion démographique du chef-lieu de wilaya sont à prendre en considération dans la mise en œuvre d’un nouveau plan de transport urbain et périphérique. Un plan, qui de l’avis d’un spécialiste en la matière, doit analyser les déplacements quotidiens des citoyens, les tranches horaires de prédilection et les destinations privilégiées. En ce sens, notre interlocuteur ajoutera que “pour épargner dans le futur à la ville d’El-Tarf les problèmes inextricables auxquels sont confrontés moult grandes villes en matière de transport, les responsables doivent dès aujourd’hui penser à d’autres modes de transport et leurs perspectives d’évolution à l’exemple du tramway sur pneus”. A l’horizon 2010, l’agglomération d’El-Tarf aura certainement un autre visage, elle dépassera le cap des 100 000 habitants, les multiples chantiers qui poussent comme des champignons et les projets de construction de logements, qui seront lancés incessamment dans le cadre du deuxième PRSE, l’attestent. Une donne à partir de laquelle il ressort que l’étude du tracé d’un tramway constitue une alternative judicieuse et un plus pour une ville qui compte se muer en un véritable pôle touristique. Il est évident aussi que l’apport d’un tel projet bénéficiera un tant soit peu à la protection de l’environnement et à la préservation du Parc national d’El-Kala.
Daoud Allam

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable