Actualités : ARZEW
Report du procès des manifestants


Le procès des 36 émeutiers d’ Arzew, qui devait s’ouvrir hier, a été reporté au 6 novembre prochain. Cette nouvelle a été mal accueillie par les parents des mis en cause, qui s’attendaient à ce que leurs enfants bénéficient de la liberté provisoire à la veille de l’ Aïd. Une foule nombreuse constituée principalement des familles des émeutiers, de leurs voisins et de leurs amis était présente hier au tribunal d’ Arzew où une ambiance électrique a régné.
En effet, les visages étaient tendus avant l’arrivée des juges chargés de cette affaire. Par ailleurs, le siège du tribunal était quadrillé par les forces de l’ordre, qui craignaient le débordement de la situation après le procès. Les parents des émeutiers suivaient avec intérêt les déclarations du juge, qui a prononcé le report de ce procès en raison de l’absence des victimes des émeutes et des blessés. Soulignons que plusieurs édifices publics ont été saccagés durant ces émeutes, dont les dégâts sont estimés à plusieurs milliards de centimes. L’on dénombre aussi la blessure de plusieurs policiers. Il convient de rappeler aussi que 41 émeutiers, dont 5 mineurs, ont été placés sous mandat de dépôt lors des échauffourées qui ont éclaté la semaine dernière à Arzew, pour attroupement illégal, destruction des biens publics et incendie volontaire. Les familles des émeutiers ont condamné le report du procès. « On s’attendait au moins à ce que nos enfants bénéficient de la liberté provisoire. Ces derniers ont protesté contre l’injustice dont ils souffrent depuis de longues années et contre la détérioration des conditions de vie», nous dira une mère de deux détenus interpellés lors de ces échauffourées, la gorge nouée. D’autres présents ont tiré à boulets rouges sur les représentants des forces de l’ordre. «Les policiers qui sont responsables de la mort de deux jeunes hommes doivent aussi être derrière les barreaux et payer pour leur acte ignoble et grave», insistera bon nombre des familles des détenus, qui appellent à un verdict clément.
Soraya Homayoun Arjomand

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable